Quand Marianne parle de "voyou"



Quand « MARIANNE », dont le titre est un symbole, parle de « VOYOU »…

Quand, en visite au Salon de l’Agriculture, le Président de la République insulte un citoyen qui refuse de lui serrer la main, ce qui est parfaitement son droit, par l’expression « pauv’con »,

Quand, dans l’affaire Clearstream, ce Président de la République souhaite « un croc de boucher » pour le « décrété coupable » Dominique De Villepin, ancien Premier Ministre,

Quand, à un pêcheur mécontent et contestataire, ce Président de la République lance une invite « à venir faire le coup de poing » comme le ferait un vulgaire petit « caïd » de banlieue,

Quand, du fait du bon vouloir de son ami Président de la République, le Ministre de l’Intérieur décrète « coupable », et donc passible de la déchéance de la nationalité française, avant tout jugement, un Français d’origine maghrébine pour en faire un apatride,

Quand, ayant démis pour propos raciste un préfet bien connu des Réunionnais, Girod de Langlade, ce même Ministre de l’Intérieur est condamné par la Justice de la République Française pour propos raciste à l’encontre des « auvergnats » ( son « humaniste » appellation personnelle des « arabes » ),

est-il surprenant de ne pas être étonné de l’emploi du mot « VOYOU » pour désigner cette personne qui, avec le soutien enthousiaste de ses courtisans, ramène à un si bas niveau, aux yeux de la Nation et du Monde, la fonction de Président de la République Française ?

Ne peut-on s’indigner par ailleurs que cette même personne ose, sans gêne et avec culot, se réclamer du Général De Gaulle qui avait, lui, une si haute et si fière opinion de la fonction sacrée de Président de la République Française aux yeux de notre Patrie et du Monde ?

Antoine Franco, lecteur de Marianne et citoyen attaché aux valeurs de la République LIBERTE EGALITE FRATERNITE

Lundi 16 Août 2010
françois gillet
Lu 917 fois



1.Posté par tueursnet le 16/08/2010 16:56
Balle de 2012

On ne comprendra jamais rien à nos mythomanies, si on ne fait pas appel à la mythologie.
La réalité est un poison. Le remède c’est l’imagination.
Nous sommes toujours déjà en 2012 et au lieu de confier notre destin aux mêmes pantins, on va faire appel à un seul et unique électeur :
Le président de la République actuel pour désigner lui-même son successeur.
Il y aura trois prétendantes au trône, trois déesses pour convaincre son altesse.
Héra : déesse de la puissance
Athéna : déesse de l’intelligence
Et Aphrodite : déesse de la délivrance.
On aura droit grâce à la bonne volonté de notre Roi à un débat télévisé entre les trois, diffusé en direct sur tous les continents.
Le moment venu, chacune revêtue de ses plus beaux atours va laisser tomber son masque et montrer son vrai visage pour dispenser sa majesté de tout vilain discours.
Héra, c’est Martine.
Athéna, c’est Marine.
Et Aphrodite c’est Marianne sous les traits de Jean-François Kahn.
Et après avoir longuement médité sur l’avenir qui attend les français, notre président se lève, et au lieu de trancher, décide de se retrancher… déchire sa pièce d’identité et renonce une fois pour toutes à sa nationalité !

http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%202012


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

Ti piman | courrier