Le nucléaire aussi tue lentement



Le nucléaire aussi tue lentement

Les conséquences sanitaires de Tchernobyl : 25 années de procédure pour un non lieu malgré des centaines de victimes souffrant de cancers et de de maladies "radio-induites".
Ne parlons pas des morts, ils se sont tus.
Aujourd'hui, dans le Gard, on ne compte qu'une personne décédée.
Pour le moment.
Un four de la centrale de Marcoule a explosé lors de la fusion de déchets métalliques. Quatre ouvriers ont été blessés, dont un grièvement.
Et le Commissariat à l'Energie Atomique de dédramatiser à la va vite l'événement en qualifiant "d'incident" cette nouvelle catastrophe. En ajoutant que, pour l'instant, "il n'y a ni rejet radiologique, ni chimique, à l'extérieur". Ce doit être la raison pour laquelle un périmètre de sécurité a été installé…
Et s'il y en avait, des fuites, le CEA le crierait-il au travers des média? L'expérience montre que non.
Car, c'est à souligner, les déchets en question sont bel et bien radioactifs.
Faiblement nous dit-on. Le vent les portera… En contournant nos côtes, comme de bien entendu.
Enfin, moi, ce que j'en pense...

Fanny Lesguillons

Mardi 13 Septembre 2011
Fanny Lesguillons
Lu 883 fois

Les Zumeurs de Fanny