Johnny attrape la grippe coloniale



Johnny attrape la grippe coloniale
Dessin Troud, avec l'aimable autorisation d'Infos matin
Ha ! Ha ! Ha ! Le Quotidien et le JIR l’auraient bien affiché en Une ce matin si un autre évènement bien plus malheureux et déplorable n’avait pas déjà la primeur de ce triste début de week-end (le trentième décès français dû à la guerre afghane était un jeune Réunionnais dans la fleur de l’âge, paix à son âme et sincères condoléances à tous ses proches…)
Johnny, donc, notre mythique emblème du rock international, nous met une petite quenelle de côté en annulant à la dernière minute son concert du 20 septembre au Stade de l’Est. Quenelle pas des moindres, si l’on en croit le Quotidien. Pour sa dernière tournée, le cadeau de départ du plus défiscalisé des rebelles français de droite tient en quelques lignes dans un fax envoyé un vendredi soir, le meilleur moment pour organiser le remboursement de 13 000 billets vendus. Le choc des mots, ce fax, avec entre autres : « application du principe de précaution », « risques liés à la grippe A/H1N1 connus à ce jour et rappelés par Madame Roselyne Bachelot lors de sa récente visite à la Réunion », et surtout « département classé en phase épidémique ». Rien que ça, juste pour nous, petits pestiférés de l’hémisphère sud, sans compter qu’avec des arguments pareil, les organisateurs Réunionnais ne devraient pas bénéficier des assurances. Merci, la star. Pour une dernière fois. Avec nous…
Décidemment, l’épidémie de connerie se propage. Après les médias, le milieu artistique vient d’être touché de plein fouet, tout comme il y a trois ans pour le chik. Cabrel, Sardou, NTM si je me souviens bien, Louise Attaque et bien d’autres têtes d’affiches avaient déjà annulé leur passage à la Réunion pour cause de trouille des moustiques. Ce genre de rebelle chanteur doit sans doute nous imaginer déambulant tous en pagne sur une terre insalubre, bon nombre d’entre nous courbés, désarticulés, les yeux rendus fous par la faim sous un soleil accablant et la peur incessante d’un volcan nous tombant sur la tête… J’exagère, mais bon… à peine. En tout cas c’est le premier de la saison grippale, mais gageons que d’autres suivront l’exemple de Johnny cette année, et vu comme les espaces culturels de la Réunion ont déjà du mal à faire venir les artistes, avec cette satanée crise, heureusement qu’il y a un paquet de bons groupes locaux… Ca au moins on ne pourra pas nous en priver… D’ici qu’on soit totalement mis en quarantaine…
Fans du rock, consolez vous : avec l’argent du billet remboursé, ce 20 septembre, à défaut d’une larme pour un Halliday, prenez-en une d’un Walker, label noir c’est noir.

Arthur



Maladie diplomatique ?

Cette info a été reprise à foison sur le net, même les medias "sérieux" (jusqu'au Figaro, dis-donc !) l'ont reprise, essentiellement des dépêches d'agence. Mais en même temps, court une rumeur sur internet : et si le résident suisse Jonnhy H. n'avait tout simplement pas les moyens physiques de faire un long voyage ? Récemment hospitalisé, l'idole des vieux ne tiendrait pas la grande forme actuellement. Et certains, parmi son entourage proche, lui auraient déconseillé ce long voyage à l'autre bout du monde. Bref, la grippe aurait bon dos, sachant que la bête de scène ne tiendrait plus autant la distance qu'avant. Ce qui, vu son âge, se comprendrait...

F.G.

Samedi 5 Septembre 2009
arthur
Lu 1148 fois



1.Posté par nathalie delmas le 06/09/2009 12:30
Effectivement, je l'ai moucaté également, mais il ne faut pas oublier qu'il sort de l'hôpital pour une opération mystère car en fait on ne sait pas vraiment ce qu'il s'est passé et qu'il n'est plus tout jeune notre Johnny...!

2.Posté par yéti le 07/09/2009 11:52

Hé les mecs and nanas amateurs de Pirate, vous n'allez pas faire comme sur d'autres sites. Nous la jouer mi koné tout sur tout. Zavez eu Johnny au téléphone? Un jour vous allez nous dire doctement que Camus, le producteur, est le neveu d'Albert, et que donc ceci expliquant cela...

3.Posté par yéti le 07/09/2009 14:13

Dommage que Bibique ne soit plus de ce monde. Bibique qui ramassa un jour Johnny, ivre mort, dans le caniveau. C'était dans les années 80. Bibique était chercheur de trésors, après avoir abandonné le foot et la banque. Il cherchait la Buse, il tomba sur Johnny à deux doigts d'être emporté par le radier submergé par l'alcool. C'était le bon temps. Avant la grippe la kouyonis. Quand Jojo (Joseph) courait après des chimères et des légendes sous son chapeau de cuir et en faisait son métier. Merci, braves gens, si vous êtes gentils je vous montrerai un jour la femme sans pieds. A votre bon coeur, braves gens. C'était déjà la grande arnaque, mais au moins on s'amusait. Jusqu'au jour où Camus, déjà, vienne emmerder le monde parce qu'il ne voulait pas que l'on sache que Bibique avait retrouvé Johnny ivre mort.

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers