Firmin Viry ne perd pas le Nord



Firmin Viry ne perd pas le Nord
Comment, que ? Mais qui a dit que St Denis était mort ? L’ai-je lu sur le site du Pirate ? Est-ce simplement depuis la fermeture des Récréateurs ? De quelle mort parle-t-on exactement ? D’une certaine « vie artistique et accessoirement nocturne ? » Oui, avouons-le, il est vrai qu’une certaine torpeur a envahi peu à peu toute la population du chef-lieu le plus peuplé des DOM... Toute ? Non… Quelques irréductibles résistent encore à l’envie de dormir passé 21h, et organisent dans les arrière salles de café des concerts qui ont le mérite d’être vus, voire entendus. A l’image de Régis Laope, programmateur des soirées de l’association Kazartis, qui emprunte la salle de concert du Moda Bar pour faire jouer des groupes locaux, avec de temps à autre une tête d’affiche. C’était le cas hier soir, avec la présence d’un papy incontesté du maloya en la personne de Firmin Viry. Une affaire de famille que cette soirée, puisque le groupe de Firmin est essentiellement composé de membres directs de sa descendance, sans compter son épouse qui l’accompagne depuis toujours. C’est devant une centaine de personnes émerveillées que notre vieux compère et ses enfants ont fait vibrer les murs du Moda au son du roulèr, des percussions et des chants qu’on oseraient qualifier d’ancestraux. Du haut de ses 74 ans, coiffé de son éternel feutre gris, Firmin, depuis son fief de la Ligne Paradis, n’a pas perdu le nord, et les hymnes qu’il enchaine sont aussi nobles que la terre qu’il foule de ses pieds nus, dans une danse qui fait vite oublier son âge.

Chacun son tour, un membre de la famille prendra le micro pour voler le temps de quelques couplets la vedette au gramoun. Firmin cèdera également la place pour deux chansons à un ami du clan, qui enflammera vite le public de sa voix grave et porteuse. Et en fin de concert, juste avant de faire chanter « Valé valé » à une salle définitivement conquise, il prendra même Régis Laope à partie pour entonner avec lui un petit refrain de séga a cappella, Régis n’étant autre que le fils de Maxime Laope, le regretté ségatier et forcément ancien ami de Firmin. Une affaire de famille, on vous dit…

C’était donc bel et bien une soirée à ne pas manquer pour tous les amateurs de maloya, au prix fort raisonnable de dix euros. Tout cela nous montrant bien que St Denis n’est pas encore mort, même si on peut sans doute déplorer la centaine de personnes présentes, quand la salle peut en contenir sans broncher deux cent cinquante. Mauvaise publicité, désertion des troupes, le Moda n’est-il connu que pour les soirées karaoké ? La salle est pourtant l’une des mieux aménagées de la place pour les concerts. A méditer, en attendant le prochain groupe programmé ce mercredi 17 juin : MIOJAH, le véritable Reggae Roots venu de Cilaos, et sa guitariste chanteuse à la voix qui tue. 6 euros, avis aux amateurs.

Arthur
Photo Kazif

Retrouvez la programmation de Kazartis ici

Miojah annulé, les Récréateurs à Champ-Fleuri

PETIT RECTIFICATIF Le concert de Miojah prévu mercredi est malheureusement
annulé (sic pour Saint-Denis) et sera sans doute reprogrammé un jeudi dans les
semaines qui viennent. En attendant ceux qui soutiennent la vie la nuit dans St
Denis peuvent rejoindre "Les Amis des Récréateurs" ce jeudi 18 juin à
partir de 19h00 sur la place de Champ Fleuri. Présence du groupe Roulèr Killer
pour une répétition live, pique nique à improviser, l'occasion de se
retrouver et de reprendre des forces pour décider de l'avenir, et ambiance
garantie...

Lundi 15 Juin 2009
Arthur
Lu 769 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers