Des avions aux abonnés absents

Les billets d'avion sont hors de prix, soit. Mais en plus certaines compagnies font payer la communication si on a besoin d'un renseignement. D'autres sont simplement aux abonnés absents. Il y a du vol dans l'air...



Des avions aux abonnés absents
Agnès voulait aller voir son frère à la Réunion. Hors-saison, mois de mai, pas cher se disait-elle. Effectivement, en grattant sur internet, elle dégotte un billet à 647 euros. Soit quand même plus de la moitié du smic, mais quand on est Réunionnais, on s'habitue vite au rôle de pigeon. Mais Agnès a une petite fille de trois ans. Et elle paie sa place aussi chère que sa maman. 1200 euros à monter pour passer 15 jours à la Réunion, trop pour la jeune femme, pour qui le voyage représenterait un mois de salaire. "370 euros l'aller retour pour New-York. 650 avec ma fille. C'est quand même bizarre que ça coûte plus cher d'aller en France qu'aux Etats-Unis, pour une distance quasi-identique", s'étonne-t-elle (en réalité, une distance plus courte de quelque 2000 kilomètres, NDLR). Malgré les annonces des compagnies aériennes, malgré les mines martiales de Nicolas Sarkozy, les liaisons Réunion-métropole sont encore et toujours inaccessibles au commun des mortels domiens. A moins d'avoir un très bon salaire, pas beaucoup d'enfants, ou d'économiser longtemps à l'avance.

Il n'y a pas d'abonné...

Le plus fun, explique en substance Agnès, c'est que sur internet, sur les site comparateurs de prix, à date identique, les trois compagnies qui sont censées se faire concurrence pratiquent les même prix, à quelques euros près. Air Austral, Air France, et Corsair se battent violemment... dans les pubs. Question tarifs, c'est kif-kif. Là encore, ce n'est pas un scoop du Pirate. Tous les Réunionnais de métropole qui n'ont pas vu leur famille depuis 10 ans le savent. Et tous les îliens enfermés sur leur beau bout de terre le savent bien aussi...
Mais les compagnies aériennes aiment s'amuser avec les nerfs de leurs clients forcés. Un simple coup d'oeil dans l'annuaire permet de s'en assurer. Ainsi, Air Austral met à la disposition de ses passagers un seul numéro, commençant par 08, et... payant. Certes 0,15 centimes la minute, quand on a claqué entre 800 et 1 500 euros, c'est une paille. Mais on a quand même l'impression d'être un peu pris pour un cochon de payant. Ou un pigeon voyageur, comme on voudra.
Chez Corsair, c'est gratuit, et pour cause : il n'y a qu'un numéro de fax dans l'annuaire, à disposition des clients. Selon Béatrice Bresson-Dubosq, directrice régionale de Corsairfly, qui a gentiment accepté de répondre au Pirate, il s'agit d'une erreur de France Télécom. Et il y a bien un numéro, gratuit, disponible sur le site internet de la compagnie. Pourtant, rien de local sur le site en question, basé à Paris. Mais en cherchant sur les pages jaunes version web, on tombe enfin sur un sésame, commençant par un 08... C'est bon à savoir. Mais encore faut-il le savoir, et avoir une connexion internet.
Quant à Air France, rien à dire. Numéro bien en place dans l'annuaire, voix suave enregistrée au bout du fil... Il faut juste s'armer de patience avant d'avoir un être humain au bout du fil.
Bref, la continuité territoriale est une réalité. La preuve : on peut aller de Saint-Denis à Sainte-Marie pour moins de 7 euros, hors heure de pointe.

Frenchy

Mardi 3 Mars 2009
françois gillet
Lu 760 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers