Collèges de riches, collèges de pauvres

On connaît tous le palmarès des lycées, rendu public dans la presse tous les ans. On connaît moins le classement des collèges de l'île, officieux, mais religieusement mis à jour au rectorat. En tête, le collège des Aigrettes. En second, Juliette Dodu. En queue de classement, Mille-Roches. Et tandis que les profs chevronnés fuient les collèges à risques, les parents usent de tous les artifices pour inscrire leurs marmailles dans les bahuts côtés. C'est humain...



Collèges de riches, collèges de pauvres
Tous les ans, le palmarès des lycées, fourni par le ministère de l'Education nationale, est publié dans la presse. Sans surprise, c'est Levavasseur, à Saint-Denis, qui truste depuis des siècles la tête du classement. Mais on connaît moins le classement officieux des collèges, ceux qui font fuir les profs et ceux qui les attirent, ceux qui font faire des pieds et des mains aux parents "qui savent" pour y inscrire leur progéniture, ou, au contraire, lui éviter la fréquentation d'établissements mal famés.
Après une petite balade dans les couloirs du rectorat, Le Pirate est en mesure de vous donner quelques indications sur ce palmarès officieux. Si Juliette Dodu reste le plus côté des collèges dionysiens, il se fait devancer, au niveau des résultats et du prestige, par le collège des Aigrettes. Population saint-gilloise oblige (mais voir plus bas). Le bahut le plus honni des enseignants étant Mille-Roches, à Saint-André. Il est de notoriété publique que les parents aisés (ou simplement bien renseignés) se foutent de la carte scolaire comme de la première couche de leur marmaille. Au rectorat, on nous confirme que le procédé est non seulement courant, mais "normal"et que les enseignants et les personnels de l'Education nationale y ont recours en premier : fausse domiciliation, usage des frères et des soeurs, voir coup de fil direct au chef d'établissement en se faisant pévaloir d'un ami commun. Ca tombe bien, Sarkozy veut virer la carte scolaire, qui, effectivement, ne sert plus à rien.
Quant à Bourbon, le prestigieux collège de Raymond Barre, des frères Vergès, et autres gloires locales, il n'a plus la cote. "C'est devenu trop cagnard pour la bonne société", rigole un vieux prof de français. Qui ne tient pas à ce qu'on le cite.

François GILLET

Mille-Roches, la Jamaïque, collèges maudits

Au rang des collèges honnis par les enseignants comme par les parents au courant, Mille-Roches, à Saint-André, et la Jamaïque, à Saint-Denis. Les enseignants qui ont assez des points fuient ces lieux pour aller dans des établissements plus accueillants. Résultat des courses, ce sont de jeunes profs sans beaucoup d'expérience qui officient dans ces bahuts chauds. Lâchés, évidemment, par le rectorat, mais aussi par les élus et la police. Paradoxalement, le collège des Aigrettes, qui est le plus huppé de l'île, nest pas en odeur de sainteté au rectorat. "Problèmes de drogue, notamment. Des gosses de riches qui veulent jouer aux grands. Mais personne n'en parle jamais", glisse un fonctionnaire de l'Education nationale. Qui constate, mi-figue, mi raisin : "Juliette Dodu, au moins, ça reste propre".

F.G.

(Bientôt la suite de notre enquête sur les collèges dans Le Pirate de la Réunion. Parce qu'il y a une suite, si...)

Jeudi 6 Août 2009
françois gillet
Lu 3372 fois



1.Posté par f@ni le 18/08/2009 12:44
salut zot tout' Le jeu des options péi est il le mm qu'en métropole?

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers