Céline, un salaud ?



Céline, un salaud ?
Il y a d’une part, un écrivain doté d’une plume en or. Et d’autre part un homme, profondément antisémite que Bertrand Delanoë n’hésite pas à qualifier de parfait salaud.
Louis-Ferdinand Céline est mort il y a cinquante ans.
Il devrait figurer au nombre des célébrations nationales de 2011.



Il souligne par ailleurs: «Céline a été l’homme d’un antisémitisme virulent».
L’association Fils et Filles de déportés juifs de France s’est indignée cette semaine de la nomination de Céline au panthéon des célébrations nationales. Serge Klarsfeld porte leur parole en demandant le retrait des pages consacrées à Céline. Soutenu en cela par Bertrand Delanoë, il déclare: «A ceux qui s'offusqueraient de cette exigence, nous répondons qu'il faut attendre des siècles pour que l'on célèbre en même temps les victimes et les bourreaux».
Reste à préciser un point avant de s’engager, l’antisémitisme de l’écrivain est toujours resté verbal ou littéraire. L’homme n’a jamais collaboré avec le régime nazi ni soutenu celui de Vichy.
Louis Ferdinand Céline détestait les juifs. C’est une certitude. Preuve en est cette missive envoyé à son éditeur américain avant la publication de «Bagatelles pour un massacre» : «Vous allez recevoir mon prochain livre, très fortement antijuif!».
Il est peut-être un peu tôt pour célébrer l’auteur. Le devoir de mémoire prend du temps. Le recueillement aussi.
Mais évidemment, ce que j’en dis....

Fanny Lesguillons

Samedi 22 Janvier 2011
Fanny Lesguillons
Lu 1280 fois

Les Zumeurs de Fanny