Balade indienne pour Paul Vergès

Paul Vergès revient d'Inde, où il a été honoré comme un (petit) chef d'Etat. Son nom a été donné à un centre de recherches d'une université de New Dehli. Mais les Indiens ne savent toujours pas où est la Réunion...



Paul Vergès dans un musée ? C'est inéluctable... (photomontage Photofunia)
Paul Vergès dans un musée ? C'est inéluctable... (photomontage Photofunia)
Paul Vergès aime prendre de la hauteur. Vu ses hautes fonctions, et son expérience himalayenne, c'est bien normal. Le président du conseil régional vient de passer 15 jours en Inde, histoire de resserrer les liens historiques entre la plus grande démocratie du monde et l'île centre du monde qu'est la Réunion. Il y a été très bien accueilli. On a même donné son nom à un centre universitaire de New-Delhi... Bien sûr, il a fallu faire quelques explications de textes aux Indiens, qui ne savent absolument pas où se trouve la Réunion, ni qui est Paul Vergès (les pauvres...). La presse locale s'en est chargée. Et Témoignages a rappelé l'importance de ce voyage.
Le 24 février dernier, le Centre de documentation sur le monde indianocéanique de la prestigieuse Université Jawaharlal Nehru (JNU) de New-Delhi a été officiellement baptisée Centre de l’Océan Indien, Paul Vergès. « Cet évènement de portée historique rejaillit sur toute La Réunion », note fièrement Témoignages, le quotidien du PCR.


La Maison des civilisations au menu

A cette occasion, « The Hindu », un quotidien indien, a tenu à expliquer à ses lecteurs où se trouvait la Réunion : « à l'est de Madagascar, et à environ 200 kilomètres au sud-ouest de Maurice ». « La petite île est un mélange de races différentes, puisqu'elle a été habitée par des milliers de travailleurs
engagés venus d'Inde, d'Afrique, et d'autres pays au XIXème siècle. La Réunion est l'un des départements français d'outre-mer, et part intégrante de la République française », précise l'article.
« Les gens à la Réunion de cette île veulent en savoir plus sur l'Inde. Ils veulent que les Indiens parlent de leur histoire, de leur culture, car ils n'ont eu jusqu'à présent que des sources extérieures, principalement de France », ajoute le professeur Madavane, du centre d'études françaises et francophones de l'université JNU de New Dehli. Voilà qui va faire plaisir aux associations qui travaillent à la Réunion depuis des années à une meilleure connaissance de la culture indienne. Et à Virapoullé, qui apprendra que le Dipavali est inspiré par des sources « extérieures, essentiellement françaises ».
Mais, cerise sur le gâteau, les « habitants de la Réunion » « veulent aussi que l'université JNU collabore à un ambitieux projet culturel appelé le Musée des civilisations et de l'unité de la Réunion », ajoute l'universitaire. C'est beau comme du Paul Vergès...
Voilà, on ne pourra pas dire que le président a fait le voyage pour rien. Même si la balade a coûté quelque 50 000 euros au contribuable, quelle fierté de se dire qu'un Réunionnais a, de son vivant, un centre de recherche à son nom dans une prestigieuse université indienne...
Au fait, comment dit-on « mégalo » en hindi ?

François GILLET

Lundi 9 Mars 2009
françois gillet
Lu 1246 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers