Un concombre présumé innocent



Un concombre présumé innocent
Le bio est une mode formidable. Quand les fumeurs sont promis à une mort lente et douloureuse, les bobos, eux, sont assurés d'un aller rapide pour le paradis. Quelques graines de tournesol, de haricot ou de soja germées pour décorer la salade et hop, une tite visite à Saint-Pierre sans espoir de retour. Après les farines animales, place au cyanure végétal. Les temps changent ma bonne dame, on se sait plus à quelle bouffe se vouer.
Dans le même temps, les agriculteurs espagnols paient cher la note de la précipitation belge. Le 26 mai dernier, Bruxelles et sa commission européenne, instance sérieuse s'il en est, alertaient les médias d'une mystérieuse contamination via les concombres andalous. Un pays déjà sévèrement touché par la crise, l'euro et j'en passe. Du jour au lendemain, les consommateurs du monde entier ont boudé les produits espagnols. Une perte évaluée à 200 millions d'euros hebdomadaire. Une catastrophe. Car même innocenté, le cucurbitacé espagnol continue d'effrayer.
Et qui va payer l'ardoise? Les responsables sont nombreux, il s'agira de définir leurs responsabilités pour aider nos voisins. L'entreprise suisse qui commercialise les fameuses graines, la commission européenne, nos propres instances politiques et jusqu'aux médias qui se sont engouffrés avec délectation dans la brèche…
Mais ça, c'est une autre histoire. Aujourd'hui que nous autres sommes vraiment soulagés de voir identifiée la fameuse bactérie, gageons que les agriculteurs castillans seront bien vite renvoyés à leur production, avec perte et sans profits. Sans graine pour subsister jusqu'à la saison prochaine.
Enfin, moi, ce que j'en pense...

Fanny Lesguillons

Dimanche 12 Juin 2011
François Gillet
Lu 723 fois

Les Zumeurs de Fanny