Tromperie sur la marchandise



Le mensonge doit cesser !

Halte à la délégation de pouvoir. Non, nous ne sommes pas en démocratie. La parodie du choix politique est une loque rougie du sang de tous ce qui y ont cru et se sont laissés manipuler par les beaux parleurs assoiffés de pouvoir personnel. Les rusés et leurs servants agitent devant le regard hypnotisé du « bon peuple » le leurre de l’élection comme succédané de la liberté du choix. La liberté du choix consiste à prendre individuellement et en conscience une décision quant à une action à mener, une pensée à matérialiser, un rêve à partager. En aucun cas elle ne peut se limiter à déléguer à un « représentant » élu ou non la décision du choix : cette manière ancienne de faire se nomme « élitocratie » et se trouve être tout le contraire de la démocratie. Elle nous dépèce de notre pouvoir personnel. Cette capitulation et cette lâcheté savamment maquillées et entretenues caractérisent l’esclavage, la soumission, la paresse et non la grandeur et l’émancipation de l’homme libre. L’heure du réveil à sonné pour ceux à qui il reste un semblant d’amour propre, une pointe d’esprit et le désir de devenir autonome. Leurs sales affaires de délégation de pouvoir ne nous concernent pas et nous n’avons pas à obéir à un chef d’opérette et à sa troupe fanfaronne, quels qu’ils soient. Ils jouent tous si faussement du pipeau que maintenant chacun, prenant un peu de recul et d’objectivité, peut l’entendre.


Le boycott, l’interdiction et la mise en lumière du rôle de la classe politique dans son ensemble dans l’asservissement des masses ouvriront de force la porte à la conscience individuelle et collective. La seule croissance qui doit caractériser notre vingt et unième siècle est celle de la conscience individuelle et collective. La conscience créant le monde, c’est son épanouissement en chacun qui doit devenir la priorité des priorités afin que se manifeste ici et maintenant l’intelligence du genre humain. A la manière d’un muscle qui se développe avec son usage, elle ne peut grandir que par la pratique. La délégation de pouvoir est une peste, une vermine qui ronge l’individu et l’ampute de la connaissance de lui-même et de son potentiel créatif. C’est la pire violence qui ait été faite à l’humanité que de la maintenir en enfance et en dépendance quant elle ne demandait qu’à croitre en majesté, responsable et autonome. Les menteurs, les manipulateurs et tous ceux qui prétendent parler au nom des autres doivent répondre de leur méfaits et être traduits en justice pour leur rôle actif dans la captation du pouvoir de chacun, l’infantilisation du plus grand nombre et le temps perdu pour le développement de tous. Leurs égoïsmes et leur refus du partage du pouvoir est également directement responsable de la dégradation de notre planète. Donnant l’exemple de la division et du chacun pour soi, ils incarnent le modèle qui aboutit à la destruction de l’écosystème et des nombreuses expressions de conscience qui s’y développent. Leur responsabilité est capitale et ils devront en répondre devant la justice des Hommes. S’étant fait les chantres de la représentativité, ils ne pourront, le moment venu, se soustraire au jugement et devront porter sur leur tête, qui pourrait bien finir par tomber, le fardeau de leurs erreurs et la tromperie de leur guidance.

Erik Gruchet, Saint Pierre le 14 mai 2012

Lundi 14 Mai 2012
Erik Gruchet
Lu 718 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

Ti piman | courrier