Surrémunération : pourvu que ça dure



Surrémunération : pourvu que ça dure
Pour avoir osé proposer de remettre en cause la surrémunération
des fonctionnaires ultramarins, le président du Medef Guadeloupe, lit-
on dans nos journaux ce jeudi 12 août, "fait l'unanimité contre lui à
la Réunion".
On s'en serait douté.
Comme dit le secrétaire général de la CGTR, Ivan Hoareau, cette
remise en cause est "un vrai serpent de mer". Avant d'ajouter que "le
vrai combat à mener, c'est celui contre les surprix..."
Toujours est-il que la réalité est ainsi faite, trop bien connue
de nos patrons (qui proposent, tel Yann de Prince, des "nivellements
par le haut" comme d'autres invitent à jouer à cochon vole), de nos
syndicats et d'un autre serpent de mer qu'est l'Observatoire des
prix : depuis plusieurs dizaines d'années maintenant, les prix sont
grosso modo 50% plus chers à la Réunion qu'en métropole, soit à
hauteur de la surrémunération, et... 50% plus chers pour les salariés
du privé poussant leur caddie ou payant leur loyer que pour les
fonctionnaires.
Oui, depuis plusieurs dizaines d'années.
Pourvou que ça doure.
Qui a dit qu'on nous prenait, du Medef à la CGTR, en passant par
l'Etat, son représentant et l'Observatoire des prix, pour des cons?

Le Pirate


Céceluicaddie
(qu'ilet)


Jeudi 12 Août 2010
le pirate
Lu 1614 fois



1.Posté par jean le 13/08/2010 21:52
et dans l'affaire qui sont les gens qui se gavent ? là est la question ?
les potentats locaux ou l'Etat ou les deux ?

il faudrait peut être leur dire à nos indigènes ......

2.Posté par Jack3rror le 21/08/2010 13:38
Donc il faut augmenter de 50% le SMIC de l'île.

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

Ti piman | courrier