Schengen : rions un peu avec Fillon

François Fillon l'a promis : il va faire le nécessaire pour que la Réunion soit intégrée à l'espace Schengen, qui assure la libre circulation des biens et des personnes dans de nombreux pays européens. Ce qui nous éviterait, pas exemple, de présenter nos papiers deux fois en changeant de département, de Gillot à Orly. Mais c'est une blague. Voilà pourquoi.



Schengen : rions un peu avec Fillon
"Désormais, les citoyens étrangers qui disposent d'un visa de longue durée pour l’un des pays membres peuvent circuler librement à l’intérieur de la zone" : c'est la conséquence agréable de l'application de l'accord Schengen, signé en 1985 et étendu par le traité d'Amsterdam de 1997. Pour faire court, on peut se balader d'Amsterdam à Paris en passant par Rome ou Bruxelles sans agiter à chaque frontière ses papiers d'identité. Mieux : un étranger qui rentre sans un des pays dudit espace avec un visa peut se promener dans tous les autres avec le même visa.
Encore une fois, la Réunion, n'est pas la France. Les Dom sont en effet exclus de l'espace Schengen, on ne sait pas pourquoi (sans doute on est trop noirs, trop loin, trop tout... Ou pas assez quelque chose). Une discrimination de plus.
"Le mot discrimination est-il valable ? Oui, car bien que La Réunion appartienne au territoire national et que notre République soit indivisible, l’île n’en est pas moins exclue dudit espace. De même, La Réunion et les trois autres départements d’Outre-mer font figure d’exception lorsqu’on constate que les autres Régions « Ultrapériphériques » de l’Union Européenne, à savoir Madère, les Açores et les Canaries, entrent quant à elles dans l’espace Schengen", analyse Eric Magamootoo, président de la chambre de commerce de la Réunion, sur son site.

Juste une petite signature

Mais Saint-François Fillon est passé par là. Lors de sa récente visite à la Réunion, il a promis de faire tout son possible pour que la Réunion (mais pas les Antilles, tiens...) intègre l'Eldorado Schengen. D'après les spécialistes, ça risque de prendre quelques années. Ca ne mange pas de riz de promette ça. Pourtant, concrètement, ça permettrait, par exemple, d'éviter aux Français habitant le département de la Réunion de faire la queue pour présenter leurs papiers à la police de l'air deux fois (au départ et à l'arrivée) pour se rendre dans un autre département, le Val-de-Marne, où se situe la commune d'Orly.
Surtout, on se sentirait un peu moins étranger. Dans le dossier du Quotidien dimanche (26/07), sur les vacances des enfants de divorcés, on rappelait qu'il était nécessaire d'avoir de la part du parent laissant ses enfants partir de métropole pour retrouver le parent résidant à la Réunion "une autorisation de quitter le territoire". Comme pour l'Algérie ou l'Ouzbékistan (deux pays par ailleurs estimables, mais situés en dehors du territoire national). Toujours selon les journalistes du Quotidien, ces tracasseries -y compris le double contrôle des passeports ou cartes d'identité, serait justifié par le statut d'aéroport international de l'aérogare Roland Garros, et le fait que les avions venant de métropole seraient susceptibles d'avoir fait escale dans un pays étranger. Une blague, puisque depuis une vingtaine d'années, les vols métropole-Réunion (et retour) sont directs.
Une autre blague est celle qu'a racontée François Fillon : pour faciliter les formalités aux aérogares entre les Dom et la métropole, il n'est nul besoin de modifier les dispositions de Schengen, puisqu'il n'est question que du déplacement de citoyens français sur leur propre territoire. Trois coups de fil ont suffi pour vérifier ce qu'on savait déjà. Pas d'intervention à l'échelon européen, pas de loi, pas de décret... Une simple décision administrative suffirait pour qu'on voyage de Saint-Denis à Orly sans passer par les services d'immigration. Une petite signature au bas d'un papier. Le Premier ministre a dit n'importe quoi. Peut-être a-t-il été mal renseigné ?

Frenchy

Lundi 27 Juillet 2009
frenchy
Lu 1072 fois



1.Posté par Azalée le 02/08/2009 10:43
Bah, c'est nous qui sommes des abrutis ! Le jour où les 200 ? 300 ? passagers réunionnais des avions qui se posent à Orly ou Roissy se mettront à faire du foin là-bas à 6h ou 7h du mat', au lieu de se plier comme de gentils petits moutons au sadisme administratif des contrôleurs de papiers, l'affaire sera vite réglée... Mais voilà : nous, on ne se révolte pas, on courbe la tête devant la Mama Patria...

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers