Sarko fait des voeux électoraux aux Antilles



 Sarko fait des voeux électoraux aux Antilles
Carla a accompagné son Nicolas de président de la République dans son expédition aux Antilles. C'est une des unformations les plus mises en avant par la grande presse française. Tant il est vrai qu'il n'y avait pasgrand chose à dire surt les voeux à l'Outre-mer, ni sur l'annnée de l'Outre-mer en France (Oui ! Toute l'année2011 !!)
« La Guadeloupe est un territoire de tumultes, de fierté, de combat… Désormais il faut à la Guadeloupe de la stabilité et de l’apaisement. Il faut restaurer l’image de la Guadeloupe qu’une petite minorité a malheureusement abimée. Nous n’accepterons pas qu’une minorité veuille forcer le peuple à choisir un destin qu’il ne veut pas. Je ne laisserai personne décider de votre avenir sans votre consentement… »

Un fait historique commun à l’Outre-mer français semble être la méfiance que les pays, les départements, les territoires éprouvent quant à l’Hexagone. C’est, selon Nicolas Sarkozy, une « histoire mal assumée » :

« Il y a une histoire mal assumée, qui se traduit d’un côté par le paternalisme et de l’autre, la méfiance. L’avenir de l’Outre-mer ne peut pas se résumer à RMI hier et RSA aujourd’hui. Si je reviens si souvent en Outre-mer, c’est pour créer ce lien de confiance ».

La crise est sévère. Un effort est imposé dans différents domaines. L’Outre-mer aussi devra se serrer la ceinture.

« Je ne peux pas d’un côté dire qu’il faut faire des efforts et de l’autre non (…) La responsabilité, c’est de considérer l’Outre-mer comme un élément de la République, pas à part (…) La défiscalisation sera protégée, c’est le seul moyen de créer la richesse. Un effort spécifique de 300 millions d’euros est demandé à l’Outre-mer, dans le cadre de l’effort national…"

En 2011, l’Outre-mer français connaîtra différents changements politiques. Parmi eux, la création du 101ème département français, Mayotte, au mois de mars ; la création, suite au référendum d’une collectivité unique en Guyane et d’une autre en Martinique.

« La Martinique et la Guyane auront une collectivité unique. Le texte est prêt, le projet de loi sera présenté au dernier conseil des ministres du mois de janvier.
La Guadeloupe : vos élus, en congrès, ont demandé adaptation au texte. Ils souhaitent un nombre de conseillers territoriaux différents et un scrutin large avec une plus large place faite à la proportionnelle. L’unité n’est pas l’uniformité. Je propose à vos élus de nous retrouver à l’Elysée le 14 février prochain pour y réfléchir, pour comprendre dans quelles conditions il faudra associer l’ensemble de la population à ce choix… »

Créoles d'abord : le fait est que les chefs des services de l’Etat sont rarement issus de l’Outre-mer. La plupart viennent de l’Hexagone.

« Je souhaite que le visage de l’Etat reflète la diversité (…) En Nouvelle-Calédonie, je viens de nommer un sous-préfet issu de la communauté kanak. Désormais, chaque nomination Outre-mer de haut niveau se fera avec l’accord écrit de la ministre de l’Outre-mer. Et à compétence égale, préférence sera donnée à l’Outre-mer ».

Certaines collectivités n’arrivent pas à fonctionner du fait de « combats » politiques. Dans ce cas, les préfets pourront se substituer à elles, pour faire avancer les projets.

« Les préfets pourront agir à la place des collectivités défaillantes (…) En ce qui concerne la gestion des déchets ou la mise en place des transports publics, les intérêts privés seront combattus au profit de l’intérêt public. »

Le président a également évouqué l'aspct politique. La vie coûte plus cher en Outre-mer qu’en Hexagone. Pour déjouer ce fait, une politique économique du "développement endogène" sera à l’ordre du jour.

« Je crois aux capacités de développement endogène de nos territoires (…) Pourquoi la viande locale coûte plus cher que la viande importée ? La filière de l’élevage doit être développée. L’agriculture est un élément décisif (…) Tous les commissaires au développement endogène nommés viennent du privé. Il y en a un pour chacun des territoires."
Eh ouais, le vieux truc du "démerdez-vous vous-mêmes", cher au président...


2011 sera l’année des Outre-mers. C’est ce qu’a décidé Nicolas Sarkozy, qui a nommé pour lui présenter un projet l’auteur Guadeloupéen Daniel Maximin. Ce dernier dévoilera en public les grandes lignes de son projet culturel « populaire », dans le cadre d’une conférence de presse qui sera retransmise mercredi 12 janvier par Outre-mer 1ere.

Le président a utilisé plusie'urs fois le terme "assistanat", l'horreur absolue pour un gouvernement qui croit aux aspects positifs de la colonisation...Un disours vide, un message pour la communauté antillaise en métropole, et surtout le début de la campagne électorale...

Frenchy
(Avec Réunion première)


Lundi 10 Janvier 2011
frenchy
Lu 1036 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers