Sakifo 2010 : ouverture et découverte

Après moultes rumeurs, le voile se lève enfin sur la programmation 2010 du Sakifo. C’est dans le tout nouveau parc des expositions de Saint Denis qu’à eu lieu ce matin la première conférence de presse du Festival Saint Pierrois. Jérôme Galabert entouré de tous ses partenaires (ou presque) nous annonce tout de suite la couleur, « vous ne saurez pas tout ! Mais nous avons eu tellement de sollicitations que nous avons décidé de vous présenter une partie de la programmation en avant première » et pendant l’orange expo…ca tombe bien… Bienvenue donc dans cette « fausse conférence de presse ». La vraie, celle qui dévoilera la totalité 70 groupes attendus, aura lieu le 6 avril.



Pour commencer, place à l’affiche ! Toujours très attendue puisqu’elle égayera les murs de nos villes, habillera nos panneaux publicitaires, et les pages des magazines pendant plusieurs mois, l’affiche 2010 est de nouveau une création de Elsa Lauret, à laquelle Jerome Galabert reste fidèle depuis le début de l’aventure Sakifo. Et pourtant ! Lorsqu’on nous dévoile ce visuel en noir et blanc ou un couple s’embrasse avec ces quelques mot dans un phylactère « Mi aime à ou », on ne retrouve pas la touche Lauret des années précédentes… et au final… c’est plutôt bien. « Certains aimeront et d’autres détesteront » nous prévient Monsieur Galabert. En tout cas, nous on aime cette affiche 2010 pour le moins allégorique.

Côté musique, c’est toujours les mots « ouverture » et « découverte » qui continuent de définir le mieux le festival.
L’ouverture sur le monde d’abord avec des artistes en provenance des 5 continents. Seront représentés cette année : le Mali, l’Australie, les Usa, la Grande Bretagne, l’Italie, le Maroc, la Jamaique, le Cameroun. La zone océan indien n’est pas en reste avec le groupe Mami Bastah de Madagascar, l’île Maurice et l’Afrique du sud. Coté Artistes réunionnais, c’est Davy Siccard, Nathalie Natiembe, René Lacaille, Tifok, Zizkakan et Alex qui feront le spectacle
L’ouverture vers toutes les musiques, c’est Jerome Galabert qui en parle le mieux : « le Sakifo, ca n’est pas les eurockéenes, les francopholies, les électropicales ou le blueface festival . Le festival essaye d’être à l’écoute de son public et de satisfaire les goûts des réunionnais dans leur plus grande diversité ». C’est chose faite cette année encore avec une mention spéciale pour une nouveauté sur le festival du sega mauricien avec le groupe « Désiré Francois et Cassiya ». Côté tête d’affiche, ca y est l’info est confirmé : M sera bien présent sur cette édition 2010. Jerôme Galabert a enfin conclu, après 3 ans de courre assidue, il était temps ! Renan Luce, Feloche, Jeanne Cherhal, Féfé et Bazbaz et Oxmo pucino viendront eux aussi satisfaire les fans de mots et de chanson française. A noter la présence marqué de reggae avec les groupe Alborosie, Mix n’ blend et Steel pulse. Les deuxièmes parties de soirée feront le bonheur des fans de musique électronique avec le malien Mo DJ qui le servira son afro-electro et Kanka pour la dub. Petit bemol sur un genre qui manque encore un peu sur cette édition 2010, le rock qui se fait encore désirer, malgré la présence du groupe très prometteur : « Skip the use » (un concert à ne pas manquer).
La découverte cette année, on nous la promet avec Hindi Zahra (Folk soul), Iswhat ?! (jazz rap en provenance des USA), Phoebe Killdeer (Alternative Rock Australien) Smod (Hiphop Malien), True Live (Hiphop ecletique en provenance d’Australie), Blick Bassy (Folk Worl camerounais), Gilzene and the blue light mento band et surtout Speech Debeele du rap anglais.

Tchao Manu !, ca n’est donc pas en 2010 que la Réunion te verra sur la scène du Sakifo… « Le travail d’un programmateur est fait de satisfactions et de frustrations » nous confirme Jérôme Galabert. « Cette année nous avons raté également Iggy pop et Laurent Garnier ». Dur, dur, pour un petit festival du bout du monde de rivaliser avec les scènes européennes et en particulier avec les nouveaux festivals émergents d’Europe de l’est. « Ils ont beaucoup d’argent » explique Jérôme Galabert « et on ne peut pas mettre les mêmes sommes qu’eux sur la table. Lorsqu’un artiste vient à la Réunion, c’est 2 fois 11 heures d’avion. Dans le même temps, il peut faire 2 ou 3 dates en Europe. Venir à la Réunion, c’est un manque à gagner pour eux ».

Ceci explique cela, les artistes qui répondent à l’appel ont souvent un lien particulier avec notre île, à l’image de Bazbaz qui a récemment signé avec le label Sakifo records, de Jeanne Cherhal qui a écrit une de son dernier album à la Montagne ou encore de M, qui a été surtout convaincu de venir par son batteur, pour qui cela sera la troisième édition du festival (il a joué avec Nathalie Natiembé et Bumcello, ndla).

La solution envisagée un temps par le Sakifo pour palier à ce problème de budget : faire faire plusieurs dates aux artistes qu’il faut « amortir ». Une première expérience avait d’ailleurs été menée à Maurice en 2008 et 2009 et les discussions sont en cours pour 2010. « On a faillit faire quelque chose à Madagascar également cette année, mais le contexte politique était trop instable, on a du abandonner l’idée. Quant à Mayotte…avec les collectivités en place, c’est vraiment complexe. ». Pas si simple apparemment pour cette petite structure de 8 permanents à l’année, qui tend justement à se diversifier. Le « monoproduit festival » tendait jusque la à les fragiliser alors un nouveau label « sakifo records » et une société concurrente à Otébiyé appelé Tiképei ont été monté ces derniers mois et ce malgré un contexte de crise. Un geste fort, qui a été suivis par quelques nouveaux venus sur le marché de la musique réunionnaise ces derniers mois. « Un acte fondateur » dont se réjouit Jérôme Galabert « qui marque une prise de conscience que le développement du marché de la musique réunionnaise ne sera possible que si les professionnels se mettent à travailler comme partout ailleurs. Pour un vieux dinosaure comme moi » ajoute-il « c’est encourageant pour l’avenir de la musique de notre île ».

L’équipe du Sakifo table sur un minimum de 30.000 entrées pour cette édition 2010 (comme l’année dernière) voir plus ! 35.000 peut être, si tout va bien… Pas si mal pour un vieux dinosaure… la fossilisation ca n’est à priori pas pour demain… !

Larubia

Vendredi 19 Mars 2010
larubia
Lu 2497 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

Ti piman | courrier