Pays de merde



Pays de merde
Aujourd'hui, j'ai mangé mes cinq fruits et légumes par jour. J'ai fait très attention à ne pas manger trop gras. J'ai vu à la télé qu'il y avait une journée sans sel. J'ai donc mangé mes légumes pas salés. Bizarrement, on ne m'a pas interdit le piment. J'en ai donc rajouté une couche. Le piment, "lé fort mais lé bon", me disait ma nénène quand j'étais petit.
Elle devenait rouge, gonflée, elle hoquetait, mais bouffait son piment comme une morte de faim. C'est comme ça que j'ai appris à aimer le piment. Et accessoirement, ma nénène, ma deuxième maman. Mais je m'égare.
Ce week-end, c'est routes bleues. Ca fait dix ans que, peu importe la couleur des routes, je ne prends pas ma voiture, ni ma moto, ni rien qui ressemble à un véhicule, pour sortir. C'est facile, j'habite à 100 mètres des bars, des boîtes, des endroits où ça bouge....
Tiens, à ce sujet, je sors régulièrement dans un endroit qui bouge, avec des concerts, des musiciens, et là, étonnemment, on peut fumer. Tout le monde fume : les serveurs, les clients, les musiciens...
Pourtant, je sais, c'est mal de fumer. Ca nuit à la santé. Ca peut même rendre IMPUISSANT !
Je sais que je vis dans un pays de merde. Un pays que j'aimais, pourtant. Mais ce pays a changé. Il ne ressemble plus à rien. C'est un pays de peur. Peur de perdre son boulot, peur de prendre sa voiture, peur d'allumer un clope, peur de dire bonjour. L'insécurité, Monsieur Sarkozy, elle est quotidienne. On a peur des gars qui sont censés nous protéger. Peur des flics. Demandez à n'importe qui dans la rue. Les voyous nous semblent presque sympathiques. Au moins, on sait que ce sont des voyous.
Pays de merde, dans lequel Liliane Bettencourt flotte sur son paquet de milliards d'euros tandis qu'on galère pour payer notre loyer.
Si au moins on pouvait boire, fumer, et manger gras et salé, on n'en voudrait à personne de péter dans la soie. Mais là...
La colère monte simplement de là : empêcher les gens de vivre. On n'a pas besoin de Rolex pour réussir sa vie. Juste d'amour, de plaisirs éphémères, et de liberté. Pays de merde.

François GILLET

Samedi 18 Septembre 2010
françois gillet
Lu 1521 fois



1.Posté par André974 le 18/09/2010 08:45
excellent papier( je tente de me faire pardonner,!)non sérieux ,j'aime ça et pourtant j'ai arrêté de fumer ,de sortir,et de boire depuis longtemps ,mais sans qu'on m'y oblige,parce que j'étais libre de le faire et que je n'en avais plus envie,longue vie à ceux qui font la fête et mange gras(pas trop de bruit quand même j'ai le sommeil léger ,lol)

2.Posté par FRANCO le 18/09/2010 11:13
J'adhère totalement à cet éditorial qui estmalheureusement un constat avéré de ce que devient ce pays que, comme des millions d'être humains sur cette planète, par conviction, nous aimons et que nous voyons se galvauder pour le plus grand nombre au profit d'un plus en plus petit nombre.
Il est sûr que cela ne pourra pas durer longtemps cette descente aux enfers pour la majorité et l'ascension à l'opulence à vomir pour une infime minorité ( celle du Fouquet's )

3.Posté par Garou le 18/09/2010 13:28
Quand ils sont trop nombeux, un pays de cons devient logiquement un pays de merde ! :oD

4.Posté par Tcherno le 18/09/2010 18:43
Y'a pas de justice , c'est dégueulasse ! ......ce doit être la bombe qui a tout détraqué , non ?

5.Posté par Brice le 20/09/2010 17:01
Et encore, à la Réunion, cet entretien de la peur n'est pas aussi grand qu'à Paris.
Merci Sarko.
Cependant, suite à ton papier, 2 alternatives:
>la fuite, l'exil
>la résistance

A chacun son choix de vie ou/et de société.

6.Posté par Babeth le 21/09/2010 18:11
Hé François Gillet,
je ne vous connais pas, je tombe sur votre texte et je n'en crois pas mes yeux ! C'est exactement - à part les piments - ce qui bourdonne dans ma tête, surtout le soir où la déprime me tombe dessus plus violemment que dans la journée - je suis une nocturne et je n'ouvre les yeux que vers 13h tant je redoute ... et pourtant je ne suis pas dépressive mais qu'est-ce qu'on en chie quand on a des yeux qui voient ...
Quel pays de merde ! Une abrutie m'a dit hier alors que je prenais quelques petites fleurs dans un square du III° arrondissement :" mais si tout le monde faisait comme vous" ... "mais je ne suis pas comme tout le monde" lui ai-je envoyé dans sa sale gueu.... Quel pays de merde !

7.Posté par Rawl le 27/09/2010 13:59
Les flics font plus peur que les voyous ? Vous y aller un peu fort ! C'est sûr qu'en habitant Saint gilles...
Toutefois il faudra me donner l'adresse de ce bar :p

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers