Patrick Karam dénonce l'accusation de "candidate de la race banche" à l'encontre de Valérie Pécresse



Le Guadeloupéen Patrick Karam* dénonce l’accusation portée contre Valérie Pécresse d’être la « candidate de la race blanche » qui jette le discrédit sur l’ensemble de la classe politique et fait le jeu des partis extrêmes.
Selon Patrick Karam : « cette tentative de racialisation du débat politique et d’instrumentalisation d’accusation de racisme injurient non seulement Valérie Pécresse mais blessent aussi tous les hommes et les femmes engagés à ses côtés qui défendent les valeurs et la dignité humaine. Elles rabaissent la politique à son plus bas niveau et écœurent nos compatriotes qui attendent de la classe politique qu’elle soit exemplaire et qu’elle apporte des solutions concrètes à leurs difficultés quotidiennes et ne comprennent pas qu’elle s’abîme en invectives et en dénigrement des personnes. »
Patrick Karam considère que : « La politique mérite mieux que ces petites phrases qui font mal à la démocratie, divisent les Français et les poussent dans les bras du Front National comme l’a montré le vote ce dimanche 6 décembre. »
Patrick Karam rappelle que : « Valérie Pécresse est irréprochable, c’est une vraie républicaine, qui n’a jamais dérapé à aucun moment de son parcours politique. Elle n’a de cesse de tout mettre en œuvre pour rassembler l’ensemble des franciliens quelle que soient leurs origines afin de construire une Ile-de-France apaisée et unie, territoire qui compte 40% de franciliens d’origine étrangère. »
« Valérie Pécresse est d’ailleurs la première parlementaire à avoir dénoncé les propos sur la race blanche et à soutenir les combats pour l’égalité réelle et la justice des Français d’Outre-mer. La plupart des présidents emblématiques des associations ultramarines en Ile-de-France, y compris des personnalités engagées à gauche, lui font aujourd’hui confiance et lui ont apporté leur soutien et se mobilisent à ses côtés depuis le début de sa campagne. »
Cette confiance que lui portent les Français de toutes les origines se traduit dans des comités de soutien spontanés qui les mobilisent aux côtés de Patrick Karam et sont massivement présents dans ses meetings puisqu’ils étaient 400 au meeting du Cirque d’Hiver à Paris le 5 novembre, plus de 600 à Reuil-Malmaison le 3 décembre et près de 500 le 9 décembre à Issy-les-Moulineaux.
C’est pour toutes ces raisons que Patrick Karam, qui n’est membre d’aucun parti politique, a accepté d’être candidat à ses côtés alors qu’il avait refusé de s’engager dans la campagne des municipales et des européennes.

Patrick Karam

* Patrick Karam, ancien délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’Outre-Mer, s’est mis en réserve de la présidence du Conseil Représentatif des Français d’outre-mer (CREFOM) le temps de la campagne électorale

Jeudi 10 Décembre 2015
François Gillet
Lu 1243 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

Ti piman | courrier