Pas de ministre réunionnais pour Sarko

Ca fait quelques semaines, depuis la crise guadeloupéenne, que Nicolas Sarkozy réfléchit très fort à faire entrer un ministre issu des Dom dans son prochain gouvernement. Au nom de la diversité, de l'ouverture, tout ça. Victorin Lurel, l'influent président du conseil régional PS de Guadeloupe, était en pôle position, mais il a décliné. Une chose est sûre, l'heureux élu ne sera pas Réunionnais.



Pas de ministre réunionnais pour Sarko
Lors du remaniement qui doit avoir lieu de façon imminente, Nicolas Sarkozy pourrait nommer une personnalité originaires des Dom à un ministère -non précisé, histoire de montrer son attachement à l'Outre-mer. Un attachement qui a semblé très lâche lors de la crise commencée en Guadeloupe. Contrairement à ses prédécesseurs, et notamment Jacques Chirac, Nicolas Sakozy n'a jamais été réputé pour son amour de ces lointaines terres françaises que sont les Dom.
Et puis, ça ferait bien dans le tableau, dans le genre "ouverture", "diversité", tout ça... La cible de choix, Victorin Lurel, emblématique président du conseil régional de Guadeloupe, a décliné avec force l'invitation (et la trahison, refusant de suivre les pas de Besson ou de Kouchner), avec des déclarations dans la veine de "Je ne suis pas celui que vous croyez".
Du coup, Nicolas Sarkozy est bien embêté. A droite, personne. L'UMP aux Antilles, c'est la catastrophe, et aucun élu du parti présidentiel n'a la carrure pour devenir ne serait-ce que simple secrétaire d'Etat. On l'a vu avec la catastrophique candidature de Marie-Luce Penchard, fifille de Lucette Michaux-Chevry, préférée à Margie Sudre pour les Européennes. Avec les résultats que l'on sait... Mais les Antilles, c'est tellement plus joli.
Quant à la Réunion...

Un successeur pour Yves Jego

En fait, il n'a jamais été question de rendre "ministrable" un Réunionnais. Pour Paris, les Dom, ce sont les Antilles. Et d'abord la Guadeloupe. C'est là où le feu prend vite qu'il faut savoir l'éteindre d'abord. D'où le premier choix de Victorin Lurel. Si le nom de Nassimah Dindar a récemment circulé pour un secrétariat d'Etat à l'écologie, ce n'était qu'un troisième choix. A Matignon, on craignait un syndrome Rachida Dati. D'ailleurs, Nassimah n'avait pas été préselectionnée sur ses qualités intrinsèques, mais sur ses trois caractéristiques séduisantes pour l'Elysée : femme, musulmane, et élue de l'Outre-mer.
Quant à Jean-Paul Virapoullé, son heure est passée. Sous Chirac, il a été "ministrable" plusieurs fois... C'est fini, désormais.
Donc, faute de candidat crédible (et Guadeloupéen) sous la main, Le président de la République pourrait renoncer à ce fort symbole que serait l'entrée d'un ministre issu des Dom au gouvernement, une première depuis... Raymond Barre (si on omet Margie, la seule "Jupette" à ne pas être passée à la trappe sous Juppé). Mais quelques noms circulent tout de même.
Reste à trouver un successeur à Yves Jégo, donné partant certain du secrétariat d'Etat à lOutre-mer. Plusieurs noms s'entrechoquent dans les couloirs parisiens On parle de Nadine Morano et aussi d' Eric Raoult, l'autoproclamé monsieur Banlieue de l'UMP. Un autre nom est dans l'air, Samuel Richard qui organise les Etats généraux de l'Outre-Mer. Un truc génial. Bon, heureusement que Guillaume Hoarau a mis un pied en équipe de France de foot...

François GILLET

PS

Bon quelqu'un aurait pas un photoshop d'occase ? J'en ai marre de scanner des crobards à 11 heures du soir avec des logiciels bas de gamme.

Merci d'avance,
Frenchy

Lundi 22 Juin 2009
françois gillet
Lu 542 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers