Mgr Aubry tente d'éteindre le feu

Le curé de Bras-Panon a été mis en détention provisoire. Il y a quelques jours, Mgr Aubry a adressé un communiqué à la famille catholique. Le Pirate vous le livre tel quel. Et se pose quelques questions.



Mgr Aubry tente d'éteindre le feu
Terrible télescopage de l'actualité. Tandis qu'à la Réunion le père Tual, curé de Bras-Panon, était rattrapé par la loi des hommes pour des attouchements sur des enfants, le pape acceptait la démission de l'évêque irlandais de Limerick, Donal Murray, accusé par un rapport "d'avoir réagi de façon 'inexcusable' en dissimulant des informations sur des enfants victimes d'abus sexuels de prêtres, a annoncé, le Vatican, jeudi 17 décembre, nous apprend Le Monde. "Le rapport Murphy, publié fin novembre après trois ans d'enquête, a révélé comment l'Eglise catholique d'Irlande avait couvert les abus sexuels commis par des prêtres de la région de Dublin sur des centaines d'enfants pendant plusieurs décennies. Le 11 décembre, le pape avait présenté des excuses pour les abus sexuels sur des enfants commis par des membres du clergé, qualifiant de 'crimes abominables' les agissements des prêtres irlandais pédophiles couverts par leur hiérarchie", poursuit le quotidien. Et sur notre petit caillou de la Réunion, Mgr Aubry, confronté à une affaire de curé qui aimait trop les petits garçons, a tenté d'éteindre l'incendie en envoyant un communiqué à la communauté catholique. Communiqué dont voici l'intégralité : "Prions… et agissons ! Vous savez comme moi que le Père Tual a été placé en détention provisoire. Des enfants venaient régulièrement à la cure. En son temps je lui ai rappelé les règles de prudence. L'année dernière, une personne avait fait un signalement qui a été classé sans suite après une enquête des gendarmes. La décision de justice est là. On ne la commente pas. Laissons la justice faire sereinement son travail jusqu’au bout pour le bien de tous afin que nous puissions connaître toute la vérité et agir en conséquence. Ne nous substituons pas à la justice. Gardons notre calme.
J’exprime toute ma sympathie et l’assurance de ma prière aux familles blessées et aux enfants victimes. Ma porte leur est ouverte. Au nom de l'Eglise catholique à La Réunion, je leur demande pardon. Je prie aussi pour le Père Tual.
Je remercie et j’encourage les 125 prêtres qui se dévouent corps et âme dans les 72 paroisses, les mouvements et les services, les aumôneries de jeunes, d’hôpitaux et de prisons. Continuez ! Continuons, nous les prêtres, avec la vigilance pastorale et l’entraide nécessaires pour repérer aussi nos possibles fragilités psychologiques et les situations à risques !
Merci à vous, fidèles catholiques, de les soutenir. Je vous invite tous à participer aux messes de Noël parce que plus que jamais nous croyons que le Christ est notre lumière et notre force dans le combat permanent contre le Mal en nous, autour de nous et dans toutes nos relations. Ne baissons pas les bras et agissons.

Courage à vous aussi.
Le 18 décembre 2009
Monseigneur Gilbert AUBRY".

Voilà. Mgr Aubry est un honnête homme, au sens que l'on donnait à ce mot au XVIIIème siècle. Il n'a jamais tenté de protéger des malades, ni de couvrir d'éventuelles dérives de son église. Contrairement à ce qui s'est passé en Irlande. Mais des questions se posent néanmoins. "Des enfants venaient régulièrement à la cure. En son temps je lui ai rappelé les règles de prudence. L'année dernière, une personne avait fait un signalement qui a été classé sans suite après une enquête des gendarmes", dit l'évêque de la Réunion. C'est quoi, des "règles de prudence" ? Si on récapitule, l'Eglise savait qu'il y avait un gros problème avec ce prêtre. Les gendarmes aussi. Mais la population aussi, puisque maintenant que les langues se délient, on sait que le père Tual éveillait les soupçons parmi les fidèles. En clair, les ladi-lafé couraient dans les boutiques de la petite ville tranquille de Bras-panon, comme nous l'ont confirmé plusieurs Panonnais. C'est là où le bât blesse. Personne, dans cette histoire, n'a appliqué le sacro-saint "principe de précaution". Ni la hiérarchie de l'église. Ni la loi. Ni les paroissiens. Le père Tual n'est sans doute qu'un vieil homme malade. Mais il a fait du mal, un mal terrible, à des dizaines de petites victimes. Et personne n'a rien vu. Ou plutôt, personne n'a rien voulu voir.

François GILLET

Dimanche 20 Décembre 2009
françois gillet
Lu 1300 fois



1.Posté par Gavroche 2009 le 22/12/2009 14:15
Ce qui est rigolo dans votre article (si l'on peut dire), c'est que vous clouiez l'autre jour au pilori la presse réunionnaire pour ne pas respecter la présomption d'innocence. Avez-vous oublié toutes vos leçons de vertu ?

2.Posté par alain BLED le 23/12/2009 19:16
Gavroche, n'oublions pas que le curé a avoué ! A moins qu'il l'ai fait sous la torture, les choses sont claires. C'est marrant tous ces paroissiens qui croient sur parole une légende vieille de 2000 ans, tout en doutant en revanche d'un fait établi récent !

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers