Mada la maudite

Madagascar est une île maudite. Depuis plus de 100 ans, la misère, les révoltes qui se finissent en bain de sang, les cyclones dévastateurs, sont son lot commun. Avec, aujourd'hui, en prime, le tourisme sexuel, et la corruption. Bon, pour une fois, les éléments ont été sympas : Gaël n'a pas ravagé Mada, pour ne pas ajouter du malheur au malheur.



En 1947, lespayans malgaches étaient soumis à un véritable servage (photo CAOM)
En 1947, lespayans malgaches étaient soumis à un véritable servage (photo CAOM)
Pour une fois, Madagascar n'aura pas été de plein fouet par le cyclone. Gaël a préféré éviter la Grande Ile pour descendre plein Sud. Comme si les esprits des Ancêtres n'avaient pas voulu ajouter du malheur au malheur, des morts aux morts, de la misère à la misère. Entre 28 et 50 morts, on ne saura jamais, tués par balle sur ordre d'on ne saura jamais non plus qui... Une insurrection populaire qui fait suite à d'autres. Sans que le pays ne sorte jamais de la spirale infernale de la pauvreté et du sous-développement.
La première de ces grandes insurrections eût lieu en 1947. Les Malgaches se révoltent alors contre l'ordre colonial, des insurgés attaquent des gendarmeries et des propriétés de colons. Des colons sont tués. La répression sera terrible. La France envoie 18 000 soldats, qui utilisèrent pour réprimer le mouvement les pires méthodes : villages incendiés, exécutions sommaires, tortures... On s'accorde aujourd'hui sur le chiffre de 89 000 morts parmi la population. L'insurrection dura 21 mois.

89 000 morts en 1947

En 1958, à l'indépendance, le premier président malgache est aux ordres de l'ancienne puissance coloniale, qui continue d'exploiter les richesses -immenses- de la Grande Ile. Puis viennent les années Ratsiraka. Qui plonge Madagascar encore plus dans la misère. Et change de tuteur : l'URSS remplace la France.
On avait mis beaucoup d'espoir dans l'élection de Marc Ravelomanana, un président jeune, moderne, lui aussi, à l'instar d'un autre, adepte de « la rupture ». Bref, un président « à l'américaine », que certains médias n'avaient pas hésité à comparer à un « JFK malgache ». On voit aujourd'hui le résultat...
A la Réunion, le sort des Malagaches n'a jamais éveillé de réelle compassion. Les relations que notre caillou français entretient avec la Grande Ile sont assez sommaires : de pauvres filles viennent vendre leur corps chez nous, avant de se faire expulser, tandis que dans l'autre sens, de hardis touristes réunionnais viennent promener leurs euros arrogants sous le nez des Malgaches, et s'adonnent, pour certains, sans vergogne au tourisme sexuel.
Pourtant, qu'elle est belle, cette île, qu'elle est riche, matériellement, et humainement. Quel gâchis. Mada est maudite. Et tout le monde s'en fout.

François GILLET

Mercredi 11 Février 2009
françois gillet
Lu 983 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers