Les commerçants réunionnais se font enfumer...



Les commerçants réunionnais se font enfumer...
Dix ans de ma vie sont restés là-bas. Le souvenir des bouchons combava arrosés de mauvais pif. Les cigarettes beaucoup moins chères.
Quitte à mourir lentement, autant dépenser moins…
La chaleur des camions bars, des poulets-poussière et de la Dodo.
Mon île de la Réunion qui chaque année s'approche un peu plus près du panthéon de la connerie européenne. Développer. Uniformiser. Ma pauvre île. On t'a défigurée.
Puis voilà qu'une des dernières singularités qu'on aimait trouver là-bas disparaît. Il faudra désormais acheter sa drogue dans des officines attitrées.
Je passe sur l'absurdité d'un amendement censé nous préserver de nous-mêmes. L'avantage, avec la bêtise, c'est qu'elle est universelle et affiche une sacré tendance à gagner du terrain sur nos libertés. Et c'est un cancer pour la société.
Je m'arrête sur les retombées catastrophiques pour les commerçants qui vont perdre jusqu'à 50% de leur chiffre d'affaire au nom d'un obscur objectif de santé publique.
Et si l'économie souterraine de mon île croît encore un peu plus au mois d'août prochain, il ne faudra juste pas prendre un air étonné.
Enfin, moi, ce que j'en dis.

Fanny Lesguillons

Quand Anne-Marie tousse...

Quand Anne-Marie tousse, la Réunion prend peur. Sénatrice par hasard et par adoubement de Jean-Paul Virapoullé, résidente de Cilaos, Anne-Marie Payet est une croisée de la santé publique et des valeurs bien à droite de la route. Pour elle, un pédé de gauche qui fume une Marlboro et boit un mojito est un dangereux terroriste. On a les sénatrices qu''on peut, de toute façon, c'est pas nous qu'on les élit...
Fanny est gentille quand elle parle de ses dix années passées à la Réunion, son île de coeur. Elle omet obligeamment sa collaboration avec Antenne Réunion, et ses années de boulot comme JRI (journaliste reporter d'images) à France3, en métropole, avec toujours en images sa vie à la Réunion.
Un mot sur Vira, qui dans le Jir d'hier, s'inquiète des conséquences économiques de la proposition de loi de sa protégée. Un Vira qui il y a quelques années a été le premier à faire voter une augmentation du prix des clopes à la Réunion. Au Pirate, on s'en fout, on a plein de thunes. Comme Jean-Paul. Qui en plus ne fume plus le Havane.

François Gillet

Dimanche 26 Juin 2011
Fanny Lesguillons
Lu 1302 fois



1.Posté par thiers le 26/06/2011 05:37
moi,d'un autre coté,avec mon etat de rsa(regarde sans attendre)je vois que ma liberté de penser,vu que j'ai du mal a depenser,bientot si personne ne reagit,il faudra bien que comme tous le monde soit t'il un peu français,je vote!!voter pour gagner moins,ou voter pour....l'avenir nous le dira!Mais ou?

2.Posté par Johnny Cash le 26/06/2011 10:58
Cher Pirate, tu ne devrais pas critiquer anne-marie comme ça... Précisons tout de même que c'est grâce au petit pictogramme d'une femme enceinte dans un rond que les jeunes filles savent désormais qu'il ne suffit pas de boire du vin pour tomber en cloque.

3.Posté par alain BLED le 29/06/2011 17:12
Revenant d'un séjour le plus court possible, de cet Hexagone qui n' a guère changé depuis la chanson de Renaud, j'en ai profité pour acheter en duty free ma réserve de poisons pour une année complète, alcool, tabac, etc. sauf les germes de soja bio qui étaient en rupture de stock.
J'ai donc la collection complète d'images gore et de mots en caractères gras comme la toux d'un fumeur de gitanes, figurant comme des Panini sur les cartouches de clous de cercueil depuis quelques temps, et qui doivent justement pousser les jeunes à les acheter pour les collectionner et se les échanger. Cela dit, le législateur a raison : la cigarette, ce n'est pas bien ! Mais que dire alors du travail ?
L'abus de travail est en effet aussi néfaste pour la santé. On devrait écrire ça en gros sur les conventions collectives et contrats d'embauche, avec des photos choc : un accidenté du travail sur un fauteuil roulant, un suicidé écrabouillé sous la fenêtre de France Telecom, un cancer bien répugnant causé par le stress, les mains d'un maçon après ses quarante annuités obligatoires, les poumons d'un ouvrier qui a manipulé l'amiante toute sa vie, etc. Et préciser également en grosses lettres : Travailler tue (plus ou moins rapidement, c'est comme la cigarette ou l'alcool). Oui, travailler cause une mort lente et douloureuse, provoque les maladies du coeur, l'attaque cérébrale, et va souvent de pair avec l'alcoolisme et les violences familiales.
Pire encore : pour beaucoup de gens, le travail est une drogue qui entraine une forte dépendance ! Ils en délaissent leurs proches, (le travail nuit donc aussi à la santé de vos enfants !)et meurent d'ennui, désoeuvrés, à peine arrivés à la retraite, s'ils tiennent jusque là !
De plus il y a aussi nuisance pour l'entourage : ceux qu'on peut appeler les travailleurs passifs, devant subir le regard hautain et méprisant des autres, qui vont jusqu'à les siffler en travaillant, comme le nain et sa Blanche Neige.
(Au fait, François, à présent que je suis revenu, si tu veux qu'on aille boire un coup en fumant une clope, c'est quand tu veux. )

Les Zumeurs de Fanny