Le lazaret prend l'eau pour le 20 décembre



Le lazaret prend l'eau pour le 20 décembre
Le lazaret de la Grande-Chaloupe, c'est toute une histoire. Lieu de quarantaine pour les engagés indiens (les Malbars) venus remplacer les cafs après l'abolition de l'esclavage à la Réunion (1848), ces bâtiments ont été achevés en 1851.
Après sept ans de travaux, les canoniques bâtiments devaient être livrés samedi dernier, rénovés, tout beaux, tout neufs, prêts à accueillir des milliers de touristes assoiffés d'histoire locale et de Réunionnais passionnés par leur histoire.
C'est le conseil général qui a décidé de la rénovation de ces lieux historique. A tout seigneur tout honneur, Nassimah Dindar, présidente (droite sociale, nouveau centre, nouvelle gauche moderne, renouveau marxiste, mouvement pour un nouveau centre-ville, cochez la case de votre choix, mais votez bien, hein !) a inauguré le chantier achevé du Lazaret n°1 samedi dernier, avec cocktail et petits fours, et en grand appareil du Département. Même les lumières étaient au rendez-vous, le lazaret, grâce à la féé électricité, étant illuminé a giorno. Juste pour la venue des huiles du conseil général.
Car celles-ci ont juste fait un petit tour à la Grande-Chaloupe. Le lundi soir, pour la fête de l'abolition de l'esclavage, était prévue une fête au lazaret.
Avec sono, lumières, tout le toutim. Las, le déluge qui s'est abattu sur toute l'île n'a pas épargné la nouvelle marotte de Nassimah.
La pluie a noyée la sono, et le feu d'artifice. Bref, la fête est tombée à l'eau. Tout ça pour un petit défaut d'étanchéité. Bah, pour deux millions d'euros, on ne va pas s'arrêter sur un problème de fuite...
Mais l'histoire du lazaret pourrait bien ne pas s'arrêter là : l'organisme de vérifications Veritas a émis des réserves sur certains points du chantier de rénovation. Et l'architecte des bâtiments de France, qui doit donner son aval à la moindre modification du bâtiment d'origine, est coincé entre le respect des murs, et les obligations de sécurité d'aujourd'hui. Pas grave, Nassimah a inauguré les lieux. Après elle, le déluge.

François GILLET

Photo par courtoisie d'Imaz press Reunion

Jeudi 22 Décembre 2011
François Gillet
Lu 976 fois



1.Posté par Service Com CG le 22/12/2011 11:14
Je ne sais si vous êtes mal informé ou mal intentionné, mais j'opterai plutôt pour la seconde solution. Je vous laisse évidemment libre de vos pensées et commentaires. Mais dire que le Conseil général avait prévu des festivités pour le 20 décembre est absolument faux. Une lecture de notre site et/ou de la presse locale aurait suffi pour que vous sachiez que trois événements étaient organisés par le Conseil Général pour le 20 décembre : l'un à St Leu le 19 décembre, annulé à cause de la météo; le second à St Denis le 20 et il a eu lieu, le troisième à Paris le 21.
Pour votre information également, l'Etat était représenté à l'inauguration du lazaret 1 le 17 décembre, et a salué le travail réalisé.
Enfin, je vous invite à vous rendre sur le site d'Imaz Press Réunion où vous pourrez noter que la photo que vous publiez appartient au service Communication du Conseil général. Un oubli de votre part ou encore une mauvaise intention ?

2.Posté par Gérard Jeanneau le 23/12/2011 18:31

Passons sur les erreurs de date ! Ce n'est pas l'essentiel. Le chargé de com du Conseil Général oublie - intentionnellement ! - les points noirs soulevés dans l'article. Qu'en est-il des réserves émises par le bureau Véritas ? Qu'en est-il de cette fuite d'eau qui a endommagé le matériel? Un représentant de l'Etat, par sa présence, suffit-il à gommer les points noirs et à blanchir la gestion du chantier? Courtois, comme l'exige sa fonction, il s'est plié au protocole. On ne lui en demandait pas davantage. On ne prétendait pas lui donner la casquette d'un membre du CRC.

Ataleur, bon chargé de com ! Le lecteur reste sur sa faim. Une réponse bien détaillée s'impose !

Gérard Jeanneau, chargé de com auprès des administrés !

3.Posté par Service Com du CG le 24/12/2011 10:17
M Jeanneau, je crois que vous ne m'avez pas bien lu. Je cite l'article : "La pluie a noyée la sono, et le feu d'artifice. Bref, la fête est tombée à l'eau. Tout ça pour un petit défaut d'étanchéité. Bah, pour deux millions d'euros, on ne va pas s'arrêter sur un problème de fuite... ". Il n'y avait pas de matériel, puisqu'il n'y avait rien de prévu pour le 20 décembre ! Donc aucun matériel n'a été endommagé !
Pourquoi aurai-je répondu sur l'existence d'une fuite d'eau qui n'existe que dans l'imagination de son créateur ? Evidemment que les travaux réalisés ne sont pas étanches : le dortoir que vous voyez en photo n'a tout simplement pas de toit ! Alors quand il pleut, évidemment, l'eau arrive jusqu'au sol... C'est dans ce bâtiment que se trouvent des enceintes, qui, du fait de la pluie qui tombait le 17 décembre, avaient été protégées.
Quand un représentant de l'Etat salue le travail réalisé, oui, cela suffit normalement pour convaincre les plus critiques que le travail a été bien fait et conformément aux recommandations. Sinon, vous devez bien le savoir, l'Etat se fait excuser et ne vient pas cautionner par sa présence des travaux qu'il juge "anormaux". Je rappelle que les travaux sont supervisés par un Conservateur de Musée, ce qui est aussi un gage de qualité et de respect.
Joyeux Noël à tous ! Et bonne visite du Lazaret, qui, j'en suis bien certain, vous instruira et vous ravira

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers