Le glas du PCR



Alea jacta est ! C'en est fait du PCR, du Parti Communiste Réunionnais ! Le dernier coup de la pioche destructrice va être donné à Sainte-Suzanne où le PCR a remporté les municipales au forcing, une brillante victoire ... à la Pyrrhus. Il s'agit d'enfoncer le clou : désigner officiellement le candidat de la 2ème circonscription pour la députation, en suivant scrupuleusement le choix du bureau du PCR, la ligne immuable du Parti. Ecarter Huguette Bello à tout prix, une Cléopâtre, à sa manière, qui affiche non ses charmes mais sa profonde sincérité à l'idéal communiste. Et c'est tout à son honneur. Elle est en mesure de changer non la face du monde, mais le cours de l'histoire de l'île.

Pour meubler son Parti, marqué par la chute du mur de Berlin, Paul Vergès, le grand patron du PCR agonisant, mi communiste mi capitaliste, plutôt PCRUMP, a introduit le loup dans sa bergerie en s'alliant ... avec une Alliance hétéroclite. Il a donné à ce moment-là le premier coup de pioche. Et la Cléopâtre de son choix a été Catherine Gaud, encore assez récemment bien estampillée UMP. Du temps où le pharaon local tenait les rênes de la Région Réunion, elle le suivait dans tous ses déplacements, elle était sa merveilleuse conquête politique. Et l'entourage de Paul Vergès encensait son patriarche à qui mieux mieux, et le patriarche appréciait : il était comme en extase au point qu'il a décidé - avec son immuable bureau - de faire entrer un autre loup dans sa bergerie, celui-là, bien gros, capable de manger à tous les râteliers, Thien-Ah-Koon. On a gémi dans les chaumières communistes, en vain, comme Huguettte Bello.

Et les fumées de l'encens de ses thuriféraires ont enfumé le soi-disant visionnaire à tel point qu'il ne voyait plus rien. Dans son délire, il a, de sa propre autorité - avec son immuable bureau - désigné Dennemont, UMP dissident, comme second candidat aux Sénatoriales. Echec cuisant : de grands électeurs communistes n'ont pas voté comme l'intimait l'ordre du patriarche. La rébellion est en marche. L'extase s'estompe. On n'obéit plus au doigt et à l'oeil comme au temps-longtemps ! L'âge fait décidément des ravages.

Au diable, tout cela ! Paul Vergès se console à la pensée d'avoir été pendant quelques heures le deuxième personnage de l'Etat, tout proche de son ami-ennemi Sarkozy, dont il n'a dit aucun mal lors de son discours inaugural. Il faut savoir ménager la chèvre et le chou. Il se console encore : il avait donné sa parole qu'il se retirerait du Sénat au profit de Gélita Hoarau, sa suppléante. A son âge, on peut penser à la retraite. Que non ! La place est trop bonne ! Sa parole s'est envolée : il est toujours sénateur.

Voilà qu'on se rebelle du côté de Sainte-Suzanne : Yolande Pausé, maire de Sainte-Suzanne, ne veut pas démissionner pour redonner l'écharpe au repris de justice, tout juste libéré de sa peine. Rien ne pressait. Elle a eu tort : Paul Vergès a rappelé que la parole donnée est chose sacrée au PCR - sauf pour lui, bien entendu ! Et ma foi ! le repris de justice a repris son écharpe dans la liesse et la douleur. Une victoire à la Pyrrhus !

Et notre Pyrrhus local, chef du PCR, en continuant sa stratégie ravageuse, se tire enfin un coup de revolver retentissant en plein coeur en éliminant Alamélou, rival du réélu maire de Sainte-Suzanne. Il n'y a plus qu'à remettre sur de bons rails le nouveau parti, et pourquoi pas, le PCDLR, le parti communiste de la Réunion, sous la houlette de l'intrépide Huguette Bello !

Gérard Jeanneau






Samedi 18 Février 2012
Gérard Jeanneau
Lu 1123 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

Ti piman | courrier