Le fonds islamique de la BFC ferme ses portes

Le premier fonds islamique de France, lancé à la Réunion par la BFC, a été fermé. La crise frappe tout le monde...



Pauvres banques... Elles ont plein d'idées géniales pour s'adapter à leurs clients, et la méchante crise leur met des bâtons dans les roues. Le premier fonds de placement islamique de France, créé il y a un an à la Réunion par la Banque française commerciale (BFC), a été fermé et ses prescripteurs remboursés en raison d'un rendement insuffisant.
"Les taux de marchés à court terme ayant fortement baissé en raison de la crise financière, la rémunération de ce placement devenait extrêmement modeste" a déclaré à l'AFP, le directeur général de la BFC Roger Munoz.
Filiale de la Société générale, la BFC avait ouvert ce premier fonds de placement compatible avec les obligations de l'islam (interdiction de verser ou de recevoir des intérêts, de financer des activités illicites dont les jeux ou l'alcool) il y a un an. Il avait attiré quelque 200 souscripteurs issus de la communauté musulmane de l'île (chefs d'entreprises, particuliers, associations) dont le montant total des dépôts s'étaient élevés à plus de 15 millions d'euros. Le montant minimum de la souscription était de 10.000 euros.
En mai 2008, l'initiative avait été citée en exemple lors d'un colloque au Sénat sur la finance islamique.
Baptisé Shariah Liquidités, l'argent était investi dans des opérations de "mourâbaha", c'est à dire d'achat et de revente des matières premières (cuivre et zinc principalement).
Début avril la BFC a remboursé intégralement les souscripteurs. "Ce fonds avait des coûts de gestion qui faisaient que sa rentabilité nette était proche de zéro" a expliqué M.Munoz. Il a souligné que "le travail réalisé avec les responsables religieux resservira à l'avenir".
Au début de l'année, un autre produit financier islamique touchant à l'assurance-vie a été mis en place par Allianz Luxembourg et commercialisé dans l'île par AGF.
En même temps, on se demande à quoi sert un fonds de placement où il est interdit de faire du profit. Autant garder les sous sous un matelas. A moins qu'il y ait un truc qui nous échappe ?

Laurelen

Samedi 25 Avril 2009
françois gillet
Lu 766 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers