Le feuilleton des régionales : le vieux sphinx



Le feuilleton des régionales : le vieux sphinx
Il est 15h17, au dernier étage de la pyramide inversée. Au travers des vastes baies vitrées, on a vue sur la mosquée du Moufia, le campus universitaire, et les immeubles Apavou qui tombent doucement en ruine.
Le vieux sphinx a les yeux fermés, il ronronne doucement, comme un chat, mais il ne dort pas. Paul ne dort jamais. Même la nuit. Il rêve. Il y a bien longtemps qu'une femme ne dort pas à ses côtés pour lui reprocher ses ronflements nocturnes, et ses infidélités diurnes. Pourtant, Paul a été un homme à femmes. A tel point que ses infidélités lui avaient avaient values, dans les années 70, l'inimitié des cocus, et la probable explosion du mouvement autonomiste. Mais Paul ne bande plus, désormais, sauf pour la politique.
Devant lui, costume-cravate, impeccables, comme deux soldats au garde-à-vous, Idriss Omarjee et Houssen Amode. Ses deux hommes-lige, ses deux fidèles... L'un des deux toussotte : « Hmm, votre grandiloquence, les journalistes attendent... ».
Paul s'ébroue. « Qu'ils attendent. Ma Parole vaut qu'on l'attende. Ca fait des années qu'ils attendent, comme des poules attendent le grain, que je veuille bien apparaître ». Le sphinx ouvre ses yeux ourlés de rides de sagesse et de poches de fatigue. Il sourit. « Eh, bien, allons-y ! », lâche-t-il dans un baillement satisfait.
Dans un coin, telle une petite souris, Jérôme, le responsable com de la Région, respire. Il peut enfin annoncer aux journalistes énervés (ou résignés) que le Patron va arriver.
Jérôme court dans les couloirs, reprend son air compassé pour annoncer que « M.le président va vous recevoir ». Jérôme est content. Il a fait son boulot. Paul est content. Il a humilié comme toujours les journalistes en arrivant trente minutes en retard à la conférence de presse qu'il avait « convoquée ». Chez Paul, on n'invite pas les journalistes. On les convoque. Et on les fait poireauter. Ces manants qui sont à ses pieds méritent-ils mieux ?
Le thème de la conférence de presse s'aujourd'hui : « Réchauffement de la planète, pourquoi la Réunion va s'en sortir ». Rien sur les régionales. Rien sur le chômage. Rien sur rien, sauf sur les « Grands projets » du capitaine. Après trois heures de monologue, Paul laisse les huit comparses qui ont pris place à ses côtés répondre aux questions des journalistes. RFO fera trois minutes. Antenne Réunion un plateau. Jérôme distribuera un dossier de presse, déjà paru tel quel le matin dans Témoignages...

Paul s'en retourne vers son grand bureau avec vue sur Apavou et la mosquée. « Ils sont vraiment très cons ces journalistes », murmure-il avant que son infirmière personnelle ne lui injecte son médicament.

François GILLET

A suivre : Didier Robert, le jeune loup...

Lundi 8 Mars 2010
françois gillet
Lu 1168 fois

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers