Le Pirate est-il facho ?

Suite à notre article "Les sales méthodes champenoises de Jacques Tillier", on a reçu un mot de Philippe Le Claire, le journaliste de l'Union de Reims qui s'acharne sur un élu rémois, et un autre de l'élu en question, Ali Aissaoui. Le Claire, ex du Jir, se demande si Le Pirate est devenu facho. On vous laisse lire, et juges...



Le Pirate est-il facho ?
Pour mémoire, on repasse ici le papier paru il y a quelques temps sur le Pirate, à propos d'une chasse à l'homme organisée par Tillier et Philippe Le Claire à l'Union de Reims. Puis les commentaires qu'on a reçus.
Jacques Tillier, nommé par le groupe Hersant directeur de l’Union de Reims (110 000 exemplaires, en situation de monopole dans la région), poursuit là-bas les méthodes instaurées au Journal de l’ïle, dont il est devenu conseiller spécial après le rachat du titre par Abdoul Cadjee.
A savoir délation en gros titre, attaques personnelles, insultes…Un parfait lynchage médiatique dont la dernière victime en date est Ali Aissaoui, médecin, adjoint à la maire PS de Reims, Adeline Hazan, qui a rendu ses délégations à la suite d’une campagne particulièrement violent dans les colonnes de l’Union.
Accusé d’antisémitisme par le journal pour avoir participé à une manif de soutien aux victimes palestiniennes de Gaza, l’élu, par ailleurs membre de la Ligue des droits de l’Homme, a eu tort de s’insurger contre le traitement médiatique dont il s’estimait victime. C’était le 4 janvier dernier. Trois mois plus tard, Philippe Le Claire (Leclaire, de son vrai nom), ancien du JIR que Tillier a emmené dans ses bagages, en rajoute une couche. Dans un billet titré « Comme un remugle de bête immonde », l’éditorialiste met dans le même sac le président iranien Ahmadinedjad, violent antisémite, et Ali Aissaoui. Et reproche à la maire de Reims d’avoir interdit un meeting de Dieudonné alors qu’elle avait autorisé en début d’année la manifestation de soutien à laquelle participait (avec une dizaine d’autres élus) son adjoint.
Mais l’acharnement du journal ne va pas s’arrêter là : en mai, à la une, il va « révéler » que Ali Aissaoui est un faux médecin, car il n'a pas passé sa thèse de fin d'études. Les articles virulents vont se succéder. Ulcéré et épuisé par ces attaques ad nominem à répétition, l’élu démissionne de son poste d’adjoint. Et a repris depuis son travail de… médecin, aux Urgences de Reims.
Un grand exemple de journalisme. Les Rémois doivent être fiers que le JIR ait servi de laboratoire pendant près de 20 ans à Jacques Tillier. Ils avaient un journal vide, sans intérêt, sans infos, ils ont maintenant un grand quotidien digne des meilleurs tabloïds anglais. Ou d’une certaine presse française des années 30, spécialisée dans la chasse. A l’homme.

François GILLET



Les commentaires

Celui de Philippe Le Claire : Salut François Gillet, ne t'en déplaise, la véritable graphie de mon patronyme est bien Le Claire en deux mots. Pour les reste, mon pauvre ami, tu uses ton huile pour rien et pour un journaliste, tu traites d'un sujet que tu ignores en te fondant sur des commentaires et de toute évidence une lecture aussi connement orientée que celle de Médiapart. L'auteur du sujet de Médiapart, que j'ai eu et qui a écrit à charge, est un bon pote de Aissaoui, ce qui n'est pas ton cas. Alors pourquoi tout ce fiel, je ne te connaissais pas sous cet angle. Aurais-tu viré facho ?

Et celui d'Ali Aissaoui, envoyé au Pirate, et copie d'un droit de réponse adressé à l'Union de Reims : « Outre l’agressivité du ton que vous vous êtes autorisé à employer à mon endroit, vous avez titré dans votre édition du 7 mai dernier « Aissaoui, le médecin imaginaire ».
Dans cet article, vous affirmez que je n’aurais « jamais dépassé le stade d’étudiant » et que je ne peux pratiquer la médecine !
Je ne peux laisser sans réponse ces insinuations.
M. Jackie Arh, président du conseil de l'ordre des médecins de la Marne, a récemment déclaré : « Ce n'est pas un médecin imaginaire. Il a fait tout son cursus et la preuve c'est qu'il a obtenu du conseil départemental de l'ordre de Paris une licence de remplacement valable jusqu'à fin décembre 2007.
» J'atteste avoir validé mon cursus universitaire de médecine sanctionné par le certificat de synthèse clinique et thérapeutique après six années d'études, et avoir accompli l'intégralité des stages hospitaliers pendant les trois années d'internat dans les services de pédiatrie à l'hôpital Vincent Dupuy ; médecine interne (rhumatologie) à l'hôpital Avicenne ; des urgences - SMUR à l'hôpital de Coulommiers ; gastro-entérologie à l'hôpital de Coulommiers ; réanimation polyvalente à l'hôpital de Meaux (77). Je suis effectivement inscrit en thèse de médecine générale et j'ai également pratiqué la médecine de 2005 à 2008 à SOS Médecins de Reims, SOS Médecins 77, à la clinique Floréal à Bagnolet, aux urgences des cliniques de Courlancy et à Saint-André. On peut ainsi exercer la profession de médecin, sans être inscrit à l'ordre des médecins contrairement à ce que vous avez avancé.
Depuis 2007, en vue de finaliser ma formation d'urgentiste, je suis inscrit à la capacité de médecine d'urgence à la faculté de médecine de Reims. Je ne me suis jamais présenté en qualité de docteur, titre réservé aux seuls médecins ayant soutenu leur thèse. S'il est exact que j'ai pu apparaître sous cette qualité, sur un seul des sites internet que vous avez cités, ce titre m'a été attribué par erreur et en aucune manière à mon initiative, ainsi qu'en a convenu un responsable du site en question dans un courrier électronique que je tiens à votre disposition. Depuis mon intervention, cette erreur a naturellement été rectifiée.
Je ne peux en conséquence m'être rendu coupable du moindre délit d'usurpation de titre de docteur en médecine, qui suppose un acte positif de ma part. Tel n'est pas le cas. Fort de mon cursus universitaire et de mon expérience professionnelle en tant que remplaçant, j'ai effectivement fait état de ma qualité de médecin dans le sens de praticien de la médecine.
Si juridiquement, il semblerait que le terme de médecin bénéficie de la même protection que le titre de docteur, seul titre expressément protégé par le code de Santé publique, personne ne peut contester ma totale bonne foi. D'ailleurs, sur son site internet, le conseil national de l'ordre des médecins qualifie lui-même « les praticiens en cours de formation » de « jeunes médecins ».
J'avais fait le choix de reporter la soutenance de ma thèse à la fin de l'année 2009 afin de me consacrer pleinement au service des Rémoises et des Rémois.
Vous êtes allez (sic) jusqu'à affirmer que je ne pouvais plus exercer la profession de médecin, accréditant ainsi la thèse de l'imposture que vous me prêtez. Cette affirmation est inexacte. En effet, depuis le 25 mai dernier, je travaille, dans le service des urgences d'un hôpital périphérique et y assume, seul, en l'état de mon cursus, des gardes de 24 h.
J'ai rendu ma délégation, dans le seul souci de laisser l'équipe municipale travailler sereinement, en cessant naturellement de percevoir mes indemnités.
Ce droit de réponse permettra de rappeler l'intégrité et la probité dont j'ai toujours su faire preuve tant dans ma vie privée que dans ma vie publique. Mes parents m'ont inculqué ces valeurs que je transmets à mes enfants… »

Tout sucre, tout fiel...

Petite réponse à Philippe Le Claire. Au sujet de ton patronyme, puisque tu attaques des gens sur leurs titres, en ergotant sur le fait qu'ils sont médecins ou pas, permets-nous de faire de même sur ton nom. Pendant des années tu as signé sans mettre d'espace entre Le et Claire au Jir. Puis, un jour, ta signature s'est transformée en Le Claire. Alors je ne sais pas lequel, mais un des deux noms sonne faux. Quant au fiel et au côté facho, le Jir version Tillier a effectivement des leçons à donner. Pas de journalisme, bien sûr (Jacques n'a j'amais prétendu être un journaliste). Pour le reste, je ne connais effectivement pas M. Aissaoui. Je ne sais pas si c'est un type honnête, s'il est sympa, s'il aime ses enfants. Mais je connais bien votre principe, à Jacques et à toi, de mettre un homme à terre, en se servant du "poids de l'encre". Quitte à à passer l'éponge sur les saloperies commises par des "amis".

F.G.

Mercredi 1 Juillet 2009
françois gillet
Lu 1843 fois



1.Posté par le fonksioner le 01/07/2009 13:12

Moi, je l'ai connu Philippe le Grec.
Ou l'aryen.
Façon de parler. Puisqu'il était aussi, avec madame Jacques, le nègre de Tillier.

2.Posté par arthur le 01/07/2009 21:58
en tous cas, moi je ne connais personne la dedans a part un peu toi mon bon françois, mais je sais pas pourquoi je préférerais à ce jour me faire soigner par le type qui se fait passer pour médecin plutot que d'etre critiqué par celui qui fait semblant de ne pas etre journaliste... dans tous les sens, essayons d'avoir des infos un peu plus attractives, c'est pas que ça me gave ces affaires "connement orientées" mais je suis sur qu'y a mieux, pas vous?
a très bientot

3.Posté par arthur le 01/07/2009 22:00
ah j'oubliais : LE PIRATE EST LE PLUS FACHO DES SITES QUE JE CONNAISSE C EST POURQUOI J Y PONDS PARFOIS DES ANERIES GROTESQUES DIGNES DE WALT DISNEY !!!

4.Posté par el cornichoN le 02/07/2009 01:04
dans le coin (reims) on les appelle la glaire et tillier (ça suffit bien).
Depuis que ces messieurs ont débarqué à l'union depuis rebaptisé l'oignon (hé oui), je comprends mieux les paroles de notre regretté Serge G."feuille de choux à scandalessssss... qui me donnait le beefsteack"
Alors ils doivent bien becqueter les biloutes.
tchuss.

5.Posté par dodu le 25/01/2012 17:23
pour répondre à el cornichon, l'union était un journal de merde bien avant tillier et le glaire, l'oignon en revanche est un très bon blog critique à l'encontre de notre torchon local, je découvre aujourd'hui le glaire traité le pirate de facho alors qu'hier il nous a pondu un article digne de la meilleure presse d'extrême droite. c'est l'hôpital qui se fout de la charité (à moins que pour ces gens facho ne soit un petit surnom affectueux)

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers