La rigolade Marie-Luce Penchard

Le Pirate ne s'était pas trompé : Nicolas Sarkozy voulait un Guadeloupéen au secrétariat à l'Outre-mer. Ce sera Marie Luce Penchard, fille de Luctte Michaux-Chevry, copine comme cochon de Jacques Chirac, symbole d'une, euh, disons, certaine façon de voir la politique, aux Antilles. Et surtout, c'est la première fois qu'un ministre de l'Outre-mer est issu de l'outre-mer, avec tous les risque de préférences territoriales que cela implique. Bref, cette nomination est une farce, une vaste rigolade.



La rigolade Marie-Luce Penchard
Bon, on ne s'était pas trop trompé... Nicolas Sarkozy voulait un Guadeloupéen au secrétariat d'Etat à l'Outre-mer. Après le refus du socialiste Victorin Lurel, ce sera finalement une Guadeloupéenne. Marie-Luce Penchard, fille de Lucette Michaux-Chevry, la grande copine de Chirac, de tous les coups foireux du RPR ancienne version, a donc hérité de ce poste sensible. Elle remplace un Yves Jégo qui aura sans doute été le moins transparent des ministres des Dom de la Vème République. C'est d'ailleurs pour ça qu'il a aparemment été viré. Il prenait son boulot trop à coeur...
Bref Marie-Luce Penchard. Une farce. Une rigolade. "Les Guadeloupéens sont nerveux, on va nommer l'un des leurs au gouvernement". C'est le raisonnement de Nicolas Sarkozy.
C'est la première fois qu'un domien est nommé ministre (enfin, secrétaire d'Etat, en l'occurrence) depuis Raymond Barre, si on excepte le passage de Margie Sudre à la francophonie, et l'éphémère Léon Bertrand au Tourisme. Si un Antillais ou un Réunionnais avait été nommé ministre des Affaires étrangères, ou de l'Education nationale, ça aurait un geste fort. Mais là... Une Antillaise pour s'occuper des Dom... Le même coup qu'une beurette pour s'occuper des banlieues, ou un bobo au nom célèbre pour donner des gages à la Culture. Un coup. Pas d'éclat, plutôt dans le genre coup d'épée dans l'eau. Et qui risque de faire des vagues.
La première, c'est la démission de Gabrielle Louis-Carabin, présidente de l'UMP Guadeloupe
qui parle « d’erreur stratégique » et « de désaveu total vis-à-vis de son engagement » à propos de la nomination de Marie-Luce Penchard.
« Je ne comprend pas la décision du Chef de l’Etat. Il aurait été plus sage de garder Yves Jégo ou de faire un meilleur choix», dit-elle.
« C’est une Guadeloupéenne, certes. Mais, elle n’a aucun mandat et n’est pas une femme d’engagement. C’est une injure à la démocratie », ajoute la dame.
C'est Margie qui a aussi du l'avoir mauvaise, elle qui a été évincée de la tête de liste UMP pour les européennes au profit de la protégée de Sarkozy. Laquelle a fait un score très mauvais à la Réunion, a été désavouée en Martinique, et n'a même pas été élue (à cause il est vrai du mode de scrutin absurde). Nassimah Dindar n'a pas non plus digéré, elle qui rêvait d'un maroquin...
Mais surtout, au-delà des considérations personnelles, quoi que fasse Marie-Luce Penchard, on la soupçonnera de travailler pour les siens. Les Martiniquais verront dans ses actes une "préférence guadeloupéenne". Et les Réunionnais, qui passent déjà systématiquement après les Antillais à Paris, la soupçonneront a fortiori de favoriser les siens.
C'est assurément une erreur stratégique d'avoir nommé une domienne au secrétariat à l'Outre-mer. On attend maintenant, pour le prochain remaniement, Laurence Parisot au ministère du Travail et de l'Emploi, et le secrétaire général de la FSU à l'Education. La politique est décidément chose trop sérieuse pour la confier aux politiciens...

Frenchy


Le Pirate savait avant Jégo

Marrant, ça... Yves Jégo n'a appris qu'au dernier moment son éviction du gouvernement. Alors que Le Pirate écrivait la veille du remaniement qu'il était donné partant certain. On ne doit pas avoir les mêmes sources... Par ailleurs, sitôt après avoir été viré, Yves Jégo l'a joué matamore, dans le genre "maintenant, je vais avoir plein de choses à dire". Yves Jégo ne dira rien. On lui a fortement conseillé en haut lieu de tenir sa langue s'il tenait à son avenir politique. Et il y tient, à son avenir, politique, Yves... Dommage, on aurait bien aimé connaître les dessous de la gestion de la crise guadeloupéenne. Bon, quoi qu'il en soit, on regrettera sans doute un secrétaire d'Etat qui faisait son boulot.
F.G.

Mercredi 24 Juin 2009
françois gillet
Lu 694 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers