La mascarade du bac



La mascarade du bac
Super ! Pour la première fois, le taux de réussite au bac à la Réunion ( 86%) dépasse la moyenne nationale. La série S atteint même 91% ! (les 9% qui ne l'ont pas eu doivent être particulièrement mauvais). Le préfet saute de joie et félicite les lauréats ayant déjà eu les félicitations du jury.
Le recteur ne cache pas son bonheur. La presse y va de sa petite larme de fierté... On ne va pas jouer le vieux refrain réac du "c'était mieux avant", mais qu'on nous permette d'émettre un bémol sur la portée de cet hymne à la joie. Le bac, d'accord, mais après ? Le premier diplôme universitaire, qui ouvre de fait les portes de l'enseignement supérieur, est apparemment sur-côté. C'est du moins ce que constatent des profs d'université, qui enseignent depuis plusieurs années à l'île de la Réunion, et qui voient le niveau global des étudiants baisser symétriquement à l'augmentation (constante depuis 20 ans) du taux de réussite au bac. "C'est désespérant. Passons sur les fautes d'orthographe, mais ils ne comprennent même pas les énoncés. En licence, c'est quand même grave", lâche un prof de sciences. "Leurs connaissances scientifiques sont bonnes, mais ils ont vraiment un problème avec le français. Et quand on ne comprend pas ce qu'on lit, ça ne sert à rien de savoir appliquer des notions techniques", ajoute-t-il.
Même constat pour cette maître de conférences en lettres : "en licence ou en master, les étudiants passent alors que les copies sont truffées de fautes. Si on appliquait un barème de 2 points enlevés par faute, peu de copies dépasserait les 1 sur 20". L'embêtant, c'est qu'en fac de lettres, une majorité d'étudiants se destine aux concours de l'Education nationale. Les futurs profs de Français qui ne maîtrisent ni l'orthographe, ni la grammaire, c'est effectivement gênant.
Le Pirate a pu consulter des copies d'étudiants en licence et en master, et, en effet, c'est assez désespérant. Mais sauf à recaler 80% des étudiants, "il n'y a pas grand chose à faire", lâche notre prof de lettres.
Il semblerait qu'en droit et en science éco, la situation soit moins désespérée. "Le droit, c'est beaucoup de boulot, beaucoup de "par coeur", surtout en première année, et les étudiants les moins motivés abandonnent dès la première année. En licence, il reste les éléments les plus accrocheurs", constate un enseignant.
Le niveau baisse, c'est une antienne qu'on entend depuis quelques décennies. Mais pour les profs de l'université de la Réunion, c'est aujourd'hui une réalité tangible. La faute a un bac formaté pour être attribué au plus grand nombre. Le rectorat nie avec véhémence toute complaisance dans l'attribution des notes. Mais un président de jury, interrogé il y a déjà quelques années par Le Pirate, met les pieds dans le plat : "bien sûr qu'on a des instructions. Comme la police, on a des quotas à atteindre. les fameuses "commissions d'harmonistation", c'est à ça qu'elles servent". Bon, ça ne nous empêchera pas de féliciter les heureux lauréats du bac 2010. Pour une fois qu'on fait mieux que la métropole, autant en être fièr. Parce qu'il ne faut pas se leurrer : les mêmes causes produisant les mêmes effets, de l'autre côté de la mer, les étudiants sont aussi fâchés avec les mots.

Laurelen

Mercredi 14 Juillet 2010
laurelen
Lu 1272 fois



1.Posté par maitre Capellaaaa le 15/07/2010 17:16
J'en rajoute une couche pour confirmer votre article...

Maitre de mémoire d'une étudiante de l'hôpital l'année dernière , j'ai passé beaucoup plus de temps aux corrections d'orthographe et de grammaire qu'au sujet de fond.

C'était absolument désespérant.
Personnellement, hors de question de laisser passer ça.
Le comble allant d'ailleurs jusqu'à trouver une faute de l'orthographe même de mon métier que cette personne choisissait de traiter en comparaison avec sa propre future profession...Et ce toutes les pages. Jamais à un moment son cerveau n'a pensé vérifier quelque part...

On se demande comment il est possible d'envoyer un CV et de ne pas passer pour un demeuré total en n'ayant aucune notion de français.
Mais puisque ceux qui recevront ces CV ont de fortes chances de mieux comprendre le texte avec fautes plutôt que sans, touvapourlemyeudanleméyeurdémonde...

Au secours. J'ai 35 ans, je me sens comme une vieille radasse jugeant, mais c'est tellement affligeant.

J'en connais 2 qui vont passer des soirées devoirs à apprendre a écrire non pas d'une manière géniale, mais au moins "normalement", ce sont les 2 miens.

Il faudra quand même faire attention a la discrimination à l'embauche ensuite, mes enfants à moi risqueront ils l'éviction et le chômage parce que "trop formés" juste en sachant lire et écrire ? Ben on est pas si loin de la réalité , hein ;)
J'imagine bien le tableau "ooooh attention: classe sociale trèèèèèèèèèèèès élevée : sait écrire son prénom".

Du coup puis-je me permettre le détournement d'une blague ?

"Comment reconnait on un demi étudiant ?"

"il ne sait ni lire"

^^

2.Posté par Tcherno-Bill le 16/07/2010 15:16
Après ce déchainement généralisé, 86% ! C'est n'importe quoi ! le niveau est nul ! etc... ( pour partie justifié , en particulier le volet non-maîtrise du langage et de l'ortographe ) , je m'inquiète de l'opinion que les 14% de recalés vont avoir d'eux-mêmes ?...... " on est plus nuls que nuls " ?
A moins que , ne sachant lire , ils ne puissent prendre connaissance de ces commentaires assassins !

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers