La Réunion, gazon maudit



La Réunion, gazon maudit
C'est un papier intéressant sur le blog de Pierrot Dupuy : l'équipe de France de foot ne viendra pas préparer sa coupe du monde en Afrique du Sud dans notre île à cause de bisbilles entre Paul Vergès et Huguette Bello. On vous résume les infos du patron de Zinfos : début 2008, Pierre Vergès et Amine Vally, alors directeur de l'IRT, se rendent au siège de la Fédération française de foot, pour évoquer la possibilité qu'en cas de qualification, l'équipe de France se prépare à la Réunion. OK, dit en substance la FFF, mais il faut, en condition préalable, que les Bleus puissent jouer un match amical contre une grande équipe, dans un stade pouvant accueillir de 25 000 à 30 000 spectateurs. L'hôtel qui accueillerait l'équipe de France serait celui de Grande-Anse. Quant à stade, ce serait celui de Saint-Paul, inauguré en 1979 pour les premiers jeux des îles.
Problème, il faut le faire passer de 10 000 à 25 000 places. Moyennant quelques millions, à coups de tribunes coulissantes, c'est possible (bonjour le syndrome Furiani). Or, selon les infos de Pirrot, la Région aurait refusé à la commune de Saint-Paul une subvention à cause des relations "exécrables" entre Paul Vergès et Huguette Bello. D'où le plouf de la préparation de l'équipe de France à la Réunion.
Or, sans remettre en cause les investigations de Pierrot Dupuy -il a raison sur les relations tendues entre le président de la Région et la députée-maire de Saint-Paul, et son informateur est bien placé pour le savoir, ça et d'autres choses- Le Pirate est en mesure d'affirmer qu'il n'a jamais été question que l'équipe de France se rende à la Réunion. Non plus qu'à Maurice, d'ailleurs...
Pour rappel, il n'y a eu qu'un seul précédent d'une sélection nationale jouant dans un département d'Outre-mer : c'était en 2005, au stade Dillon, à Fort-de-France, en Martinique. Contre le Costa-Rica (victoire de la France 3 à 2), en préparation à la coupe du monde 2006. Mais les Bleus étaient venus aux Antilles pour un match de soutien aux familles des victimes d'un terrible crash aérien. Et le fait que de nombreux joueurs de l'équipe de France soient issus des Antilles a joué fortement dans la décision, politique, de ce déplacement lointain, qui a par ailleurs été très critiqué dans le milieu du foot français.
De plus, le stade Dillon ne correspondait pas du tout aux normes soi-disant exigées par la FFF pour un match amical à la Réunion. Dès février 2008, Le Quotidien évoquait la possiblité d'une venue pré-Mondial des Bleus, lors d'une visite dans l'île de Domenech. Qui déclarait alors "il est indispensable de se mettre dans les conditions réelles de la compétition. La Réunion a l'avantage d'offrir les mêmes conditions climatiques que l'Afrique du Sud". Comme seul exigence, le coach n'avait que la mise à disposition d'un "stade d'entraînement moderne proche du lieu de résidence des joueurs".
A l'époque, c'était le stade d'athlétisme de Petite-Ile qui était pressenti. Yves Ethève, président de la ligue réunionnais de foot, affirmait qu'il était relativement simple de remplacer la pelouse"pourrie" par du synthétique, la Civis devant financer les travaux.
Mais la FFF, jointe par le journaliste du Quotidien, douchait les enthousiasmes, d'un froid "cela reste une hypothèse". En fait, selon nos informations, il n'a jamais été question d'une venue des Bleus à la Réunion. Seul Abdoul Cadjee a fait des pieds et des mains, jusqu'à très récemment, pour réaliser cet impossible dessein.
Comme il l'a rappelé dans son journal, le Jir, le 20 novembre dernier, en évoquant les sites de Montgaillard ou de Bellepierre. Ca tombe bien, là où il y a des hôtels Cadjee. Le Jir a l'honnéteté de donner la parole à Yves Ethève, menacé par Cadjee de se faire "rentrer dedans". Lequel Ethève confirme : "En mai dernier, le président Escalette (président de la FFF, NDLR) m'a clairement signifié que l'équipe de France, pour plein de raisons, comme le climat par exemple, avait décidé de ne pas venir. Je les ai rappelé aujourd'hui, et je veux bien leur redemander, mais ça me semble illusoire". Et de lâcher, comme un hachoir tombe sur le cou du poulet : "il aurait fallu s'y prendre dans le meilleur des cas il y a deux ans".
Les Mauriciens vont recevoir quelques sélections nationales de premier plan, et 3200 supporters. Il s'y sont pris il y a trois ans.

François GILLET

Dimanche 29 Novembre 2009
françois gillet
Lu 1055 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers