La BR version Caliméro

Ca ne va pas fort pour les banques réunionnaises, victimes de la crise, et montrées du doigt comme les plus chères de France. Ca n'empêche pas la Banque de la Réunion de faire sa promo sur un site boursier, en se plaignant en passant de ces temps si durs.



La BR version Caliméro
C'est sur le site boursier zonebourse.com qu'on a déniché cette pépite : un bilan de l'activité de la Banque de la Réunion, entre autosatisfaction, constat de crise, et pleurnicheries. Auto-satisfaction, parce que le compte-rendu, qu'on croyait au départ être une analyse de Zonebourse, est en fait un communiqué de presse signé Bernard Vitry, le "monsieur communication" de la BR. On y apprend notamment que la banque a perdu des sous : "le Résultat Net au 30/09/2009 s′élève à - 51,6 ME contre 9,2 ME au 30/09/2008". Soit plus de 60 millions de pertes en un an. Une paille.
La faute à la crise, bien sûr. "La crise économique continue de sévir fortement sur le département de La Réunion. Du fait de sa forte implication dans le tissu économique de l′île dans tous les secteurs d′activité, la Banque de la Réunion a dû faire face à cette situation particulière en couvrant au 1er semestre 2009 le risque de défaillance de certains de ses clients par un niveau de provisionnement significatif", constate amèrement le communiqué de presse. Mais aussi au méchant Cospar, et, défense de rire, "à la baisse de certains tarifs au profit de la clientèle". Dans le texte, ça donne : "Le PNB de la Banque de la Réunion s′élève au 30/09/2009 à 62,0 ME, contre 60,1 ME au 30/09/2008. (...) Le PNB est en retrait de 5 % avec une marge nette d′intérêts stable et des commissions en diminution de 17 %. Cette dernière évolution est imputable à la baisse de certains tarifs au profit de la clientèle, à l′application des accords conclus avec le Cospar et au lancement des forfaits de compte."
Mais ce n'est pas tout. La pauvre banque est en effet menacée de toute part. Et les pouvoirs publics font partie des méchants qui ébranlent l'institution bancaire.
"Le coût du risque, en forte progression au 1er semestre, à 71 ME du fait d′une situation économique locale dégradée nécessitant une couverture du risque de crédit renforcée, se situe au 3ème trimestre 2009 à un niveau plus en rapport avec celui de l′année dernière. (...) La commande publique, qui a contribué de manière significative à la croissance de l′économie réunionnaise, marque le pas sans que la consommation prenne le relais et pourrait affecter la croissance de 2 % en 2009, touchant près de 3 900 emplois directs et indirects. La fin d′un cycle exceptionnel d′investissements publics (notamment la route des Tamarins livrée en juin 2009) conjuguée au décalage dans le temps ou à l′abandon de nouveaux chantiers d′envergure, entraîne une diminution significative de l′activité du BTP. L′attentisme des ménages face à la crise a pénalisé fortement la consommation et le marché de l′immobilier", se lamente Bernard Vitry. Mais qu'on se rassure : "La Banque de la Réunion a poursuivi son programme de développement et d′amélioration de son efficacité au service de ses clients".
Pas un mot sur le fait que la BR, comme ses homologues de place, était en moyenne trois fois plus chère que les banques de métropole quant aux frais bancaires facturés. Et que parmi les banques réunionnaises, la BR était la plus gourmande en frais divers facturés à ses clients. Un constat déjà fait en février dernier, au Sénat, par l'élue réunionnaise Anne-Marie Payet, qui citait alors le magazine "Mieux vivre votre argent". Heureusement, la BR, malgré ses terribles tourments, pense à ses chers clients...

François GILLET

Samedi 14 Novembre 2009
françois gillet
Lu 862 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers