L'année de l'Outre-merde



L'année de l'Outre-merde
C'est mercredi dernier, le 12 janvier, qu'a été lancée à Paris "l'Année de l'Outre-mer". Un événement présenté en grandes pompes au ministère de l'Intérieur (quel symbole !) par la petite voix et le visage désolé de Marie-Luce Pncheard, ministre de la Guadeloupe, en présence la présence discrètre de Brice Hortefeux, maître des lieux, ministre des Auvergnats, et de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, de la Communication, et du Guide du Routard. "Tout au long de l'année, je m'attacherai à dévoiler les richesses des Outre-mers au grand public à travers cet ambitieux programme de manifestations", a difficillement anonné Marie-Luce Penchard, d'une voix récitative. Déjà ce matin, a été dévoilé un certain nombre de manifestations à plus ou moins brève échéance dans les domaines de la culture, de l'économie, du tourisme, du sport mais aussi dans le domaine institutionnel. Bref, un véritable catalogue des clichés de l'Outre-Merde, qui sera lancée symboliquement en février par l'illumination des 12 colonnes de l'Assemblée nationale d'une couleur représentant chacune un territoire ultra-marin.


Frédéric Mitterrand a bien tenté de relever la sauce, sourire culturel en bouche, enthousiasme de rigueuer, en lançant la sarabande des spectacles de théâtre, de musique, de danse, avec comme "pitch" plusieurs manifs sur Aimé Césaire. On n'oubliera pas l'épineuse question des statuts des Dom-Com : un colloque qui se tiendra au Sénat sur les évolutions statutaires des territoires ultra-marins. Bref, des tas de choses passionnantes, qui vont, c'est sûr, retenir l'attention des métropolitains qui, a à peu près dit Marie-Luce, ne connaissent pas les Domiens, et ont eu une mauvaise opinion d'eux suite au mouvement social aux Antilles et (un peu) à la Réunion début 2009. L'année de l'outre-mer(de) va arranger tout ça. Et restaurer les liens de l'aémour. Oui, comme si on avait besoin d'être aimé... Le respect et l'égalité républicaine, c'est trop compliqué. Parlez-nous d'amour, on est des grands enfants, on aime rigoler et danser, c'est bien connu.

Une année de la Creuse ?

Ce jet de poudre aux yeux, ne nous y trompons pas, est avant tout destiné aux Antilles, le seul outre-mer identifié en France métropolitaine. Rien sur le chômage, les inégalités, la rupture de la continuité terriroriale, le racisme ordinaire, bref, tout ce qui fait chier plus d'un million de citoyens français au quotidien. Non, non, non. Il faut juste "rétablir le lien" entre la France et... la France.
Marie-Luce, Nicolas, arrêtez de fantasmer sur l'outre-mer. Ou organisez une année de la Creuse. Pour que les métropolitains connaissent mieux les Creusois, et que ces derniers se sentent aimés.

François GILLET

Jeudi 13 Janvier 2011
François Gillet
Lu 1470 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers