Kassovitz fait son cinéma...



Kassovitz fait son cinéma...
L'Ordre et la morale : le sujet n'était pas facile et prêtait à polémique. Kassovitz a eu le mérite de s'y atteler, et quoi que l'on pense du résultat, il est en tout cas le premier cinéaste français à avoir osé plonger dans les ténèbres d'Ouvéa.
Verdict du box office : un flop. Assorti d'une seule nomination aux Césars.
La pilule est dure à avaler pour Kassovitz qui pense son film depuis plus de dix ans. Oui mais voilà. Malgré le buzz autour de la censure appliquée en Nouvelle Calédonie, l'Ordre et la morale n'a pas séduit le public. Pas plus que les jurys. La réalisateur savait pourtant que le film politique n'a jamais eu la côte en France. Quant à l'événement dramatique sur lequel il revient, qu'avait-il pour séduire le public qui lui est fidèle ? Ouvéa, c'est si loin… Et pas seulement géographiquement parlant.
Kassovitz s'est planté de cible. Planté de sujet. Ou planté de moment pour réaliser son film.
Il s'est aussi planté de réaction. La haine, il devrait le savoir, ne profite jamais à ceux qui la prodiguent.
M'enfin vous savez ce que j'en pense….

Fanny Lesguillons

Jeudi 2 Février 2012
Fanny Lesguillons
Lu 900 fois

Les Zumeurs de Fanny