Jégo fout son zouk à la télé

Yves Jégo sort un livre, et la République tremble sur ses bases. Vexé d'avoir été viré comme un malpropre par Fillon/Sarko, Jégo règle ses comptes dans "Quinze mois et cinq jours entre faux gentils et vrais méchants" (Grasset). Mais c'est un faux méchant, Jégo. Il ne dit du mal que des Békés antillais et du Premier ministre. Sarkozy est gentiment oublié, et la Réunion carrément passée à la trappe de ses quinze mois. Jégo a fait sa promo à la télé. Le Pirate a regardé.



Jégo fout son zouk à la télé
On l'avoue, on n'a pas lu le bouquin de Jego. Juste des morceaux. Par contre, on l'a vu, beaucoup, notre ex-secrétaire d'Etat à l'Outre-mer. Partout à la télé. Jégo a un égo, et on l'a pris pour un gogo. Il n'a pas apprécié. On le comprend. D'autant plus que, tout compte fait, il n'était pas si mauvais à son poste, le gars Jégo.
A l'occasion de la sortie de son bouquin, on l'a vu sur tous les plateaux. Le 21 novembre, il est invité de "Salut les terriens", l'émission d'Ardisson. Qui se régale à lui poser des questions choisies sur ses relations avec Fillon et Sarkozy. Pas grand chose sur l'Outre-mer. Ca n'intéresse pas Ardisson. Trop loin du champ' des Champs-Elysées. Le même soir, on le voit chez Ruquier, dans "On n'est pas couché".
Zemmour y est toujours aussi con, méprisant, balance sur Domota "qui ne veut que l'indépendance" (le spectre des abrutis néo-fachos et fondamentalement racistes qui n'admettent pas que l'outre-mer puisse s'énerver pour des raisons bêtement sociales, comme des ouvriers de métropole, désolé, c'est mon côté crypto-marxiste qui se réveille). Jégo y est plutôt intelligent. Zemmour veut la baston, avec les Antillais grévistes. L'ex-secrétaire d'Etat lui répond qu'il croit qu'on remporte des victoires "par la négociation, pas par l'affrontement. Ceux qui ont gagné sont toujours ceux qui ont préféré le dialogue à la matraque".
Mais dans ces deux émissions, comme dans le bouquin de Jégo, ce qui est sidérant, c'est qu'il n'a jamais été question, une seconde de la Réunion. Ni de Tahiti, ni de la Guyane, encore moins de Saint-Pierre et Miquelon... Pour Paris, pour Jégo aussi, l'outre-mer, c'est les Antilles. Et le détail étonnant, c'est que l'invité suivant d'"On n'est pas couché" était Gérald de Palmas, Réunionnais de naissance, qui ne s'est pas immiscé, dans le doute, dans le sujet.
Ruquier, toujours aussi inspiré, lui a posé en préambule un "je ne sais pas si on dit béké à la Réunion". Comme étonné que le chanteur ne soit pas noir... De Palmas, qui était là pour faire sa promo, a marmonné que non, avant de balancer, comme le de Chateauvieux moyen, "en avançant en âge, je ressens de plus en plus le manque de mon île natale".
Yves Jégo était depuis longtemps parti lui aussi faire sa promo sur d'autres plateaux. Et parler des Antilles, des madras, des foulards, du ti punch', du zouk... Les colonies version Antilles, ça plaît à Paris.

François GILLET

Mardi 24 Novembre 2009
françois gillet
Lu 1131 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers