Guerre des bus entre Didier Robert et Nassimah



Guerre des bus entre Didier Robert et Nassimah
Ils ne prendront pas les transports en commun ensemble. Didier Robert et Nassimah Dindar, déjà en opposition frontale pour le contrôle d'Air austral, ont engagé un bras de fer sur le réseau de cars desservant la Réunion. C'est le conseil général qui gère, via les cars jaunes, les transports interurbains de l'île de la Réunion. Soit cinq millions de passagers (et délecteurs) transportés chaque année. Mais de son côté, Didier Robert a lancé pendant sa campagne électorale son fameux projet de 2000 éco-bus, le Trans éco express, destiné à prendre la place d'un tram-train mort-né. Pas question pour le conseil général que la Région marche sur ses plate-bandes. Le 22 septembre dernier, comme la presse réunionnaise l'a rapporté, une motion a été votée au Département, soulignant que le conseil régional ne pouvait pas imposer ses vues en matière de transports en commun. Et notant au passage quelques petites incohérences dans le grand projet de Didier Robert, en particulier la difficulté d'aménager les routes pour faire passer les éco-bus. Pour les deux présidents de collectivités, les transports sont tout, sauf amoureux.

Frenchy

Vendredi 1 Octobre 2010
frenchy
Lu 1004 fois



1.Posté par FRANCO le 02/10/2010 11:39
Ce dossier des transports en commun, une impérieuse nécessité pour sortir la réunion de son asphyxie circulatoire en pelin essor, démontre bien que les politiques du conseil général entendent le traiter non pas en fonction de l'intérêt général des Réunionnais mais surtout en foncvtion de leurs intérêts politiciens et de la pérennité de leurs pouvoirs .... et leurs indemnités et revenus divers issus de leurs mandats.

Dans une petite île de 2512 km² et une population de 820 000 habitants, vouloir faire jouer le partage des compétences entre région et département comme en métropole n'est pas qu'absurde. C'est surtout terriblement néfaste à un règlement conforme à l'intérêt général de la population, à l'économie. Rassembler les moyens financiers, humains, techniques dans une seule entité efficace, performante, moderne, économique, rentable au service des déplacements collectifs des Runionnais relève du bons sens et atteste du souci de traiter les problèmes de la population et de répondre à leurs attentes et leurs besoins. Dans notre petite région monodépartementale, ce n'est que par pur calcul politicien que Paul Vergès avait imposé le partage de prérogatives rail-route avec l'objectif de ses grands travaux de tram-train ( 5 000 millions € !!! ).

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) regroupe six départements qui sont le Vaucluse (84), Les Alpes maritimes (06), Les Bouches du rhône (13), le Var (83), les Alpes de Hautes Provence (04) et les Hautes Alpes (05). Il est tout à fait normal que le réseau ferré des six départements hérité
de la SNCF soit placé sous la prérogative de la région et que les routes départementales et leurs usagers restent la prérogative des départements. C'est absurde pour une région constituée de 1 seul département. Un outil regroupant région et conseil général devrait traiter, avec l'Etat des déplacements des Réunionnais sur route et pourquoi un jour sur rail... mais sur toute l'île !!!

2.Posté par Bibasse le 04/10/2010 09:26
"par pur calcul politicien que Paul Vergès avait imposé le partage de prérogatives rail-route avec l'objectif de ses grands travaux de tram-train ( 5 000 millions € !!! ). "

Paul Vergès n'a rien imposé: il s'agit là simplement d'une répartition des compétences entre collectivités imposées par les lois de décentralisation. Ce n'est pas le seul cas dans ce genre. C'est la même chose dans le domaine de l'agriculture où les deux collectivités devaient se partager l'agriculture proprement dite, la pêche, la formation, l'aménagement etc...

Contrairement à ce qui est affirmé ici, en 1998, la liste du rassemblement de Paul Vergès proposait la création de 3 offices : l'un pour le transport, l'autre pour les routes et un dernier pour l'eau. Ces solutions étaient combattues parce que ....autonomistes!

Effectivement, il est absurde que dans une région mono-départementale il n'y ait pas de structures uniques pour discuter avec l'Etat. Cette question est posée dans le rapport Balladur sur la réforme territoriale. Mais, la solution est difficile à imposer.

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers