Gillot, la poubelle à aller tancer

Arrivées, départs, nout ti Gillot lé plus là. Bienvenue à l'aérogare international Roland Garros. Ses poubelles, des chats errants, sa puanteur...



Gillot, la poubelle à aller tancer
Non, juste un soir de tristesse. Tristesse de partir, tristesse forcément liée à un aéroport. Celui de la Réunion, Gillot, pardon, "aérogare international Roland Garros". Tellement international qu'il faut montrer ses papiers avant d'aller dans son pays (en France, quoi) et les remontrer en arrivant dans son pays (en France, donc). Bien sûr, avec ses potes, on va boire un coup, le pot d'adieu, d'au-revoir en fait. Dans un bar crade, une cantine sordide aux tarifs de paradis fiscal. Bien sûr, on ne peut pas fumer, alors on va dehors, mourir de la mort lente et langoureuse de ceux que la mélancolie embrasse. Et là dehors, on voit qu'il n'y a même pas une chaise pour poser ses fesses, pourtant délicates. Et que...

Des chatons et des poubelles

Gillot, la poubelle à aller tancer
Et qu'il y a des touristes en partance. Des Créoles aussi. Qui fument, comme nous, pauvres diables voués aux flammes de l'enfer des fumeurs en partance. Et qui boivent aussi (ça va souvent ensemble). Et des gamins qui jouent. Au milieu d'immondices. Parce qu'ici, juste à côté de la cantine du hall de Gillot, des poubelles traînent. Pas vidées. Sur le sol, des traînées humides donnent au visiteur une idée olfactive de ce que va être l'île intense. Tout déborde d'ordures. De saleté. Comme pour dire au quidam : "on est juste à côté de la Jamaïque, tu sais, c'est normal". Des créatures apparaissent, les enfants rient, Ce sont des...

La tite fille et les chats

Gillot, la poubelle à aller tancer
Chatons. Gros comme des rats et qui se nourissent comme tels. Timides, mais pas trop, agrippant leur pitance au bord de la poubelle, un morceau de sandwiche mal beurré... Un bout de barquette dégoulinante encore de mauvais piment (et le dieu des chats sait que zot i aime pas piment). "Oh mamie, tu as vu le chat ?". La petite fille glisse dans le limon nauséabond qui filtre de la poubelle. La grand-mère la rattrape de justesse. La petite fille pleure. Le chaton s'est enfui, un vague bout de jambon entre les dents. Bienvenue à l'aérogare international Roland Garros.

Laurelen

Mardi 5 Mai 2009
françois gillet
Lu 916 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers