Frêche : mort d'un couillu



Frêche : mort d'un couillu
Avec Georges Frêche, la région Languedoc-Roussillon perd plus que son Président de Région, un homme politique provocateur et visionnaire qui, quoi qu'on en dise, a énormément oeuvré pour Montpellier et son agglomération
Alors bien sûr, on va pas vous la faire mielleuse. La presse s'en charge. Et il est d'ailleurs hilarant de constater que ceux qui en disait du mal se fendent aujourd'hui d'épitaphes dithyrambiques. Martine Aubry la première qui jouait il y a peu dans l'équipe anti-Frêche, n'hésitant pas à bouter l'homme hors du ps, se fend hier dans Libé de compliments flatteurs quand on aurait aimer qu'elle se la boucle. Plus discrète, Hélène Mandroux, maire de Montpellier, se fait taiseuse sur le coup mais on attend avec amusement quelque réaction dans les jours à venir. Notamment à l'heure des obsèques.
"Il laissera une trace" titrait hier mon quotidien préféré.
Oui. Grossier à ses heures, n'hésitant pas à traiter ses électeurs de cons, déplorant la gueule pas catho de Fabius ou se plaignant du nombre de blacks au sein de l'équipe de France de football, il restera aussi celui qui a transformé Montpellier en une riche et agglomération de 320 000 habitants.
Provocateur? Oui, mais d'une incroyable finesse malgré un côté gros doigts. Le coup des statues érigées à Odysseum a d'un coup relancé les affaire d'un centre commercial en mal de consommateurs en attirant des touristes venus du monde entier voir à quel point Mao et Churchill semblent unis dans l'immobilité.
Diplômé ès "phrases qui tuent", l'homme, personnellement, me faisait beaucoup rire. Particulièrement en avril 2005 lorsqu'il déclara à propos de l'élection du pape Benoît XVI: "j'espère qu'il sera meilleur que l'autre abruti. Celui-là, on le jugera sur le mariage des prêtres et la capote". Dire tout haut ce que beaucoup pensaient tout bas, c'était lui. Le dernier couillu de la politique française est mort. Et au vu des requins qui lorgnent déjà sur son royaume, on se prépare pas des jours pas rigolos en Septimanie. Le roi est mort. Vive le roi? Pas si sûr.
Enfin moi, ce qu'en j'en dis….

Fanny Lesguillons

(PS du Pirate : un hommage en forme de remise à l'endroit des mots de Frêche dans Marianne. Démerdez-vous avec Google, la flemme de faire un lien)

Jeudi 4 Novembre 2010
françois gillet
Lu 1012 fois



1.Posté par ùXBä le 04/11/2010 08:36
le dernier des " grandes gueules " est mort....salut l'artiste ! nous entrons définitivement ( ? ) dans l'ére de la langue de bois , du politiquement correct et de la communication calibrée , apprise par coeur et resservie en ayant l'air de parler spontanément....sombre époque !

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers