Flics d'Etat récidivistes



Flics d'Etat récidivistes
L'émotion n'est jamais bonne conseillère. Sauf à vouloir
entretenir une société de la peur, de la haine, de la délation, de la
rumeur, une société de la démagogie populiste et de l'asservissement.
Forcément choquant, le meurtre d'une joggeuse, dans un bois de la
région parisienne, par un criminel récidiviste, mérite réflexion mais
ne doit pas servir à réveiller nos propres instincts de meurtre: le
meurtre du coupable. Car, meurtre réel ou symbolique (l'enfermement
comme solution, la castration) c'est bien de cela qu'il s'agit.
De la même manière, comparaison n'est pas raison. Mais puisque ce
sont les policiers qui arrêtent les criminels et commentent à
l'occasion le "laxisme" de la justice comment ne pas songer à deux des
plus "illustres" d'entre eux et de notre Vè République. Deux
récidivistes, eux aussi.
D'abord Maurice Papon, criminel de guerre, que de Gaulle soi-même
nomma préfet de police de Paris en 1958 et qui versa dans la Seine le
sang et les corps, parfois vivants, des Algériens de Paris dans les
années 60 après avoir livré des trains de juifs pendant la guerre.
Pour être complet, Papon fut ensuite ministre du Budget dans le
gouvernement du Réunionnais Raymond Barre.
Ensuite Charles Pasqua, ancien directeur chez Ricard, puis
plusieurs fois ministre de l'Intérieur (1986-1988; 1993-1995) et
client régulier des tribunaux pour des affaires présumées de pots-de-
vin et de corruption. Charles Pasqua précédemment cité en 1981 en
marge de la tuerie d'Auriol en sa qualité de responsable du SAC. La
tuerie d'Auriol: l'assassinat près de Marseille de la famille (hommes,
femmes, enfants) de Jacques Massié, policier et responsable local du
service d'action civique (officine gaulliste liée au milieu).
Aujourd'hui âgé de 82 ans, Charles Pasqua tient bon et, jamais
définitivement condamné, n'a jamais fait un jour de prison, protégé
qu'il est notamment par son immunité parlementaire.
Papon est mort quasi centenaire dans son lit, Pasqua lève toujours
le verre de jaune.
Comme dirait l'autre. Selon que vous serez puissant... vos crimes
ne soulèveront pas la même émotion et ne vous vaudront pas les mêmes
protections, la même longévité.

Le Pirate


Dessin Aldo, avec l'aimable autorisation d'infos matin

Vendredi 2 Octobre 2009
le pirate
Lu 1140 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers