Fin de l’illusion



Au service de qui sommes-nous ? Pour qui travaillons-nous ? Dans quel but pillons-nous la terre et accumulons-nous toutes ses richesses ? Pourquoi tous ces déséquilibres en nous et sur terre?

Le système d’exploitation de la planète et de l’humanité inconsciente est bâti sur un triangle déjà pluri-millénaire: le bétail humain qui doit rester soumis- les peurs qui servent à le soumettre – et enfin le bon berger protecteur qui récolte les fruits. Tous les systèmes actuels dérivent de celui-ci.

Le bétail humain, c’est nous tous, sans exception. Nous sommes tous des esclaves au service de nos femmes, de nos maris, de nos enfants, de nos parents, de nos patries, de nos nations, de nos industries. Nous sommes intimement persuadés que nous sommes débiteurs et que nous devons travailler et souffrir pour compenser. Faux honneurs, petites gloires, faibles pouvoirs et récompenses sucrées sont les appâts qui nous maintiennent en servitude.

Les peurs cultivées au quotidien servent à entretenir l’illusion que nous sommes réellement des êtres faibles, sans pouvoir, mortels, incapables de perfection et in fine totalement dépendant du hasard. Ce sont la peur de la solitude, la peur de l’autre, la peur de manquer, la peur d’être malade, la peur de ne pas être aimé, la peur de mourir.

Le bon berger protecteur arrive à la rescousse dans ce plan d’asservissement comme la solution à tous nos problèmes que le bétail humain ne peut résoudre seul. Il prend la forme d’un état nation, délimité comme un enclos, policier et légiférant et qui prélève sa dime sur le travail du peuple. Il prend la forme d’une institution médicale dont la survie est liée à l’asservissement par la maladie et qui n’enseigne pas la santé. Il prend la forme d’une production de masse industrielle plagiant l’abondance mais semant la désolation dans les esprits et la pollution dans la nature. Il prend la forme des religions salvatrices qui font croire à un avenir meilleur en privant l’être humain de son présent créateur. C’est à travers de ces « bons bergers protecteurs » que l’élite des faux dieux récolte les fruits et pressure la planète. C’est l’unique fonction du bon berger : tondre le cheptel humain, le conduire à l’abattoir et exploiter la Terre tout en faisant croire qu’il aide et protège.

Ce système n’est ni bien ni mal, c’est celui que nous cautionnons au quotidien par nos croyances et nos soumissions. Il durera autant que notre inconscience mais ne pourra coexister avec une vision lucide et pénétrante de ce qui est.

En vérité, somme- nous ces êtres faibles, impuissants et mortels, soumis à leurs désirs et à leurs pulsions compensatrices. Nous, seuls, avons la réponse. Ecoutons notre intuition primordiale. Il en sera fait suivant notre conscience ou notre inconscience. Rien ni personne ne peut nous être d’aucune aide dans la réalisation de notre nature première. Ce que nous accepterons perdurera, ce à quoi nous renoncerons intimement cessera.

A qui sert ce formatage de nos esprits ? A qui profite ces crimes millénaires contre l’humanité ?

En vérité c’est à notre prise de conscience que ce système rend grâce car il nous a semblé jusque là que nous ne pourrions changer avant que la situation ne devienne intolérable. Ce temps est enfin arrivé. Réjouissons nous car sur la ruine des temples pourra naître la fleur d’une liberté créatrice sans dieux ni maîtres. En abandonnant le rôle qui nous était jusqu’alors dévolu de pauvre mouton, c’est tout le système qui s’effondrera. En effet si, par extraordinaire, le pauvre mouton se découvrait être l’incarnation de la toute puissance créatrice de vie toutes les peurs s’évanouiraient et « le bon berger » n’aurait plus aucun pouvoir. L’avènement de l’Homme libre ne passera pas par la pose de rustine sur le vieux mais par la métamorphose de la chrysalide en papillon.

Erik Gruchet, Saint Pierre le mercredi 7 juillet 2010

Vendredi 9 Juillet 2010
françois gillet
Lu 880 fois



1.Posté par Regis le 10/07/2010 17:59
Vous avez peut-être trop vu Matrix, non ?

Ou alors, est-ce que nous ne prenez pas trop les hommes et les femmes qui vivent avec et autour de nous comme des imbéciles de première catégorie, incapable de penser ? (ce qui serait une faute impardonnable pour un intellectuel)

Ou encore, vous n'avez pas lu ou pas assez lu ou mal compris les philosophes d'hier et d'aujourd'hui.

Il reste bien une autre solution, pour expliquer ce billet, mais j'ai trop d'amour et de respect pour mon prochain pour me résoudre à l'évoquer publiquement.

2.Posté par Gruchet Erik le 13/08/2010 15:17
Posté par Regis le 10/07/2010 17:59
1) Vous avez peut-être trop vu Matrix, non ?
2) Ou alors, est-ce que nous ne prenez pas trop les hommes et les femmes qui vivent avec et autour de nous comme des imbéciles de première catégorie, incapable de penser ?
3) (ce qui serait une faute impardonnable pour un intellectuel)
4) Ou encore, vous n'avez pas lu ou pas assez lu ou mal compris les philosophes d'hier et d'aujourd'hui.
5) Il reste bien une autre solution, pour expliquer ce billet, mais j'ai trop d'amour et de respect pour mon prochain pour me résoudre à l'évoquer publiquement

Réponse à Régis

1) Le film Matrix ne me parait pas être une référence cinématographique à mépriser comme vous le faites. Si toute la production audiovisuelle grand public proposait une réflexion, un questionnement et une vision aussi précise dans le symbole et la métaphore, il y a fort à parier que l’humanité serait grandement aidée dans l’éveil global de sa conscience.
2) Ce ne sont pas les individus, comme vous le sous entendez, que j’accuse de ne pas être capable de raison, c’est le système tout entier qui ne sert pas le bien commun mais des intérêts très particuliers. Il faudrait être aveugle pour rater l’infantilisation programmée intentionnellement des humains par des informations tronquées, par des jeux abrutissants, par le culte de la compétition, par les reality shows et autres « starak » systèmes.
3) D’autre part l’intellect et les intellectuels ne sont pas à mettre sur le piédestal ou vous les placez. Cet instrument qui favorise le discernement n’est pas l’accomplissement du genre humain. Il est un moyen et ne définit pas l’être. Il est conçu pour résoudre des problèmes techniques et doit être utilisé pour ce faire et non pour diviser, classifier, opposer, porter des jugements de valeur, encourager la compétition et la ruse. L’intuition est un canal bien plus fiable que le filtre de l’intellect, ce troisième cerveau que l’on nous a tous gréffé.
4) Mes lectures et ma compréhension de la philosophie ( l’amour de la sagesse) n’engage que moi et la façon dont j’essaie d’en rendre compte. Je ne prétends pas donner de leçon mais mettre en lumière ce qui m’apparait et ceci avec mes moyens qui ne sont pas les vôtres.
5) Les « non dit » ne sont pas constructifs ni pour celui qui les sous entendent ni pour celui qui les reçoit car justement ils ne disent rien et ne permettent pas de faire la lumière. En aucun cas ils ne sont une preuve d’amour pour son prochain car la lumière aura toujours sa place comme révélateur de la vérité.
Cordialement, Erik Gruchet


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

Ti piman | courrier