En Nouvelle-Calédonie, on observe les prix

Notre pauvre Observatoire des prix a des leçons à recevoir de Nouvelle-Calédonie. Là bas, un syndicat a commandé une étude sérieuse à un cabinet carré, qui a notamment mis en avant que le côut du transport était peanuts par rapport au prix de revient d'un produit. Entre autres. A quand une étude similaire à la Réunion?



En Nouvelle-Calédonie, on observe les prix
Selon un rapport d'experts, publié le 14 avril dernier, la vie est très chère en Nouvelle-Calédonie. Pointé du doigt, un système fiscal et économique opaque, injuste, et inflationniste. Alors que l'archipel calédonien, grâce à ses ressources en nickel notamment, connaît une croissance de plus de 5% par an, le chômage, la pauvreté, et la précarité règnent en maîtres dans ce territoire français d'outre-mer. Et plus qu'à la Réunion, le coût de la vie y est très élevé. Explication, selon Christian Chesne, l'un des auteurs de l'enquête commandée par l'Union syndicale des ouvriers et employés de Nouvelle-Calédonie (Usoenc), « le partage de la valeur ajoutée s'est fait au profit du capital, alors que la part salariale est restée stable ». Traduction en français courant : les patrons s'en sont mis plein les poches, les employés n'ont pas vu un centime de bénéfice sur leur fiche de paie, et les consommateurs ont continué à payer le prix fort. Ca ne vous rappelle rien ?
Les marges des commerçants calédoniens son passés de plus de 48% en 1998 à 61% en 2007, très largement au-dessus des marges des commerçants de métropole.
Mieux, plus drôle, l'éloignement , toujours avancé, en Nouvele-Calédonie comme dans tout l'outre-mer, et bien sûr à la Réunion, doit, selon les experts du cabinet Syndex, « être fortement relativisé ». Car le transport ne représente que 3 à 4% du coût des marchandises.
Les experts mettent aussi en avant « certaines protections du marché, qui sont du cousu-main pour un nombre limité de producteurs, parfois en situation de monopole ». Le rapport de Syndex met aussi en exergue les dérives des banques « qui pratiquent des taux de crédit plus élevés qu'en métropole, sans justification autre qu'une concurrence moindre », et dénonce sans ambages « le scandale du système bancaire ». Un scandale dénoncé dans le Pirate il y a deux mois...
Bien sûr, la Nouvelle-Calédonie n'est pas la Réunion. Mais au moins, là-bas, ils n'ont pas eu besoin d'un Observatoire des prix fantôche pour relever les aberrations économiques qui font que le consommateur paye au prix fort riz, lait, ou couches. Un syndicat a demandé une étude à un cabinet d'experts, qui a simplement rendu ses conclusions. Qu'attend la CGTR pour faire la même démarche ? Quand est-ce qu'on va enfin nous dire que le coût du transport est dérisoire par rapport aux volumes commandés ? 3 à 4% en Nouvelle-Calédonie. Et à la Réunion ? 30 à 40% ? Allez, les gars, un petit effort. Nou lé pas plus, nou lé pas moins, nous aussi on peut demander un rapport sur les prix à la Réunion...

Laurelen

Mardi 21 Avril 2009
françois gillet
Lu 1227 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers