Des maires préfèrent rester dann fénwar



Une éclipse solaire qui ne se reproduira pas avant l'an 2267, sur l'île de La Réunion. C’était hier, jeudi 1er septembre. Mais la décision d’une dizaine de maires de fermer les écoles de la commune, «par mesure de sécurité», a semé l’incompréhension des parents. Les enseignants s’étaient préparés à vivre l’événement avec leurs élèves, et le rectorat avait distribué 220.000 paires de lunettes d’observation aux enfants. André Thien-Ah-Koun, premier magistrat du Tampon, a été le premier à ouvrir le parasol, suivi rapidement par les maires de Saint-André, Saint-Louis, Bras-Panon, Sainte-Marie, Petite-Ile, et Saint-Philippe. Des fermetures partielles ont été décidées dans d’autres communes, notamment à Saint-Denis et Saint-Benoît. Les maires ont pris la décision de fermer les établissements parce que l’éclipse survenait en pleine pause-déjeuner, les élèves n’étant alors plus sous la responsabilité de l’Education nationale, mais sous celle du personnel communal…
Il faut dire aussi que deux syndicats d’enseignants, face au chaos ambiant, avaient appelé à la grève, ce qui n’avait pas arrangé les choses.
Le recteur, Vellayoudom Marimoutou, a regretté la mesure de fermeture prise par les maires, et a déploré que les élèves soient «privés de cet événement exceptionnel ». Les parents qui le pouvaient ont pris le relais, et dans toute l’île, notamment dans le Sud et l’Ouest, ils étaient des dizaines de milliers à admirer ce phénomène qui ne se reproduira pas avant deux siècles…

François GILLET

Jeudi 1 Septembre 2016
François Gillet
Lu 2507 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers