Continuité territoriale : bien mais peut et doit mieux faire



Quand on mesure l’importance que revêt le rôle du transport aérien et des compagnies pour l’accès égalitaire aux déplacements des Réunionnais dans leur zone et vers la France et l’Europe, des Réunionnais expatriés vers leur île, des touristes, première et essentielle source extérieure d’emplois et de revenus, une réaction à l’interview du président de région sur ses 5 premiers mois d’exercice paraît légitime. Face à l’importance de l’aérien, d’une continuité territoriale qui établisse une véritable égalité entre Réunionnais et une véritable égalité de citoyenneté avec nos concitoyens de métropole et de l’Europe, a été constitué le Collectif « l’Aérien au service de TOUS les réunionnais », regroupant COLL’AIR, de Contribuables974, de l’UFC Que Choisir, des Comités citoyens Stop au gaspillage de l’argent public et de POUr une Réunion PROprE (POURPRE).



En mars, la nouvelle équipe régionale a suscité beaucoup d’espoir par son programme puis, par ses rapides efforts pour assurer la relance d’un dispositif de continuité territoriale dont l’ancienne équipe avait privé depuis deux ans les Réunionnais, surtout les plus concernés, c’est-à-dire les plus pauvres. Par sa volonté d’écoute de ses administrés concernés par ces problèmes et regroupés au sein du Collectif « l’Aérien au service de TOUS les réunionnais », volonté inexistante chez l’ancienne équipe, nous ne pouvons qu’apprécier la déclaration du président Robert : « La continuité territoriale est notre combat d’aujourd’hui pour plus d’égalité et de justice pour tous les Réunionnais ». Pourtant, quand nous connaissons les « prix » de nos si « chères » compagnies, pouvons nous être satisfaits d’un dispositif qui repose sur une formule floue « moins de 500 € », qui ne garantit que le montant précis d’une aide, 360 €, mais pas du tout le prix des billets continuité territoriale acquis avec cette aide ? Recevoir 360 € pour financer un billet à 860, 960, 1 060 € ou 1 160 € est-ce établir « plus d’égalité et de justice pour tous les Réunionnais » ? Ainsi les bénéficiaires de l’aide se verraient devoir payer des montants inégalitaires de 500, 600 , 700 ou 800 € pour un même siège d’avion ?



Comme notre Collectif a pu en maintes occasions l’exprimer auprès de la nouvelle équipe régionale, il est essentiel que dans le cadre d’un dispositif de continuité territoriale financé par l’argent public des contribuables, via l’Etat et la région, un prix unique toute l’année soit négocié et établi en accord avec les compagnies pour le « billet continuité territoriale ». La réalité des taxes étant de 80 €, ce prix pourrait être raisonnablement de 720 €, soit un prix de siège économique de 640 € net pour les compagnies. Sur la base de ce prix, la région et l’agence d’Etat, LADOM, au nom des Réunionnais, seraient en situation de solliciter des compagnies non pas seulement 40 000 sièges, aidés de 360 € et donc ramenés à un juste coût de 360 €, mais 80 ou 100 000 sièges ( soit entre 15% et 20% de l’offre de sièges économiques par avions, dont entre 10% et 15 % de sièges vides au cours de l’année ) ce qui permettrait sans dépense publique supplémentaire d’octroyer à 40 ou 60 000 Réunionnais des sièges à 720 €, le prix C.T., selon des critères étant à définir. Les compagnies, avec un prix de siège à 640 € net, auraient ainsi un chiffre d’affaires garantis par le dispositif de C.T. compris entre 51,2 millions € et 64 millions € pour un coût public limité à 16 millions € et verraient leurs coefficients de remplissage plus linéaires au cours de l’année. Aux 130 000 Réunionnais se rendant en métropole pourraient s’ajouter 80 à 100 000 voyageurs supplémentaires, première étape entre 2010 et 2011 pour plus d’égalité et de justice avec une continuité territoriale pour tous.



Au cours d’une année serait ainsi établis, avec tous les Réunionnais, les réels besoins en continuité territoriale via l’aérien, ce qui permettrait d’établir le budget annuel réel d’un dispositif de C.T. à réduire ou à augmenter en fonction de la réalité identifiée tant par les gestionnaires que par les compagnies aériennes. www.collair.org

Jeudi 2 Septembre 2010
collair
Lu 1855 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

Ti piman | courrier