Confession intime



Confession intime
Je suis un mauvais citoyen. Non seulement je n'ai pas été voter pour les Régionales, mais en plus, aujourd'hui, je n'ai pas mangé mes cinq fruits et légumes quotidiens obligatoires. En plus, j'ai grignoté entre les repas. Pardonnez-moi, mon père, car j'ai beaucoup pêché. Tiens, pas plus tard qu'hier, on est sorti avec des potes et on a bu PLUS de deux verres d'alcool. Au moins quatre bières chacun. Autant dire qu'on était ivres-morts. On n'a même pas respecté la règle absolue : celui qui ne boit pas conduit. En fait, on a tous bu, et personne ne conduisait, vu qu'on était à pied. Difficile dans ces conditions de trouver un conducteur sobre...
Mais ce n'est pas tout, mon père. On a aussi fumé. Oh, pas des pétards, on n'irait quand même pas jusqu'à cette abominable transgression. Mais des petits ninas, aux volutes odorants. Bon, c'était toléré, puisqu'on était en terrasse. On a la chance de vivre à la Réunion. Il y a des terrasses, et il fait bon dehors, même en hiver. Surtout en hiver. Quand je pense à ma cousine qui doit griller son clope dehors dans le froid de février, debout sur le trottoir... Bon, c'est légal, mais c'est mal. Oui, mon père, je confesse ces abominations.
Et ce n'est pas fini. J'ai aussi dépassé la vitesse autorisée sur la route. Boulevard du Chaudron, je me suis laissé aller, j'ai écrasé le champignon : 65 Km/h au lieu de 50. Ce qui me console c'est qu'on était 300 dans ce cas-là. On pensait tous bêtement que c'était limlité à 70. On a été bien punis, tous : moins deux points sur le permis. Plus une prune, bien sûr. Bien fait pour notre gueule. Mais ça n'a pas suffi. Pour tenter d'expier ma faute, je me suis flagellé, le soir, en rentrant chez moi, avec un chabouk maison, confectionné avec du cuir synthétique garanti développement durable. Parce que là aussi, j'ai beaucoup fauté. Ma vieille caisse dégage plus de CO2 qu'un troupeau de vaches argentines. C'est dire. J'aurais bien voulu m'acheter la nouvelle Prius hybride qui protège l'environnement, mais je n'avais pas sur moi les 23 000 euros nécessaires à cette indispensable acquisition. Ma banque, a juste titre, a refusé de me prêter les sous. Normal, je suis chômeur (c'est aussi très mal, je sais). Je suis un mauvais citoyen. Je n'ai rien donné pour le Téléthon. Après ma soirée entre potes, et ma prune, de toute façon, je n'avais plus un radis. Dommage, ça m'aurait fait un légume en plus. Je crois qu'il n'y a plus d'espoir. Avec cette accumulation de péchés, je suis bon pour l'enfer. En même temps, ça ne devrait pas me changer beaucoup...

François GILLET

Dimanche 18 Avril 2010
françois gillet
Lu 1714 fois


Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers