BTP : le bal des hypocrites



BTP : le bal des hypocrites
"Je sais que ça ne passe passe pas en cas de vent cyclonique. Mais pour faire des économies, on m'a demandé de revoir mes calculs. On m'a répondu : "on s'en fout, si nana un cyclone, na point personne dans l'école". C'est un responsable de chantier qui s'exprime. Un autre : "les boîtes sérieuses ne font pas ça, mais les grosses boîtes, comme il n'y a plus de boulot, cassent les prix. Récupèrent les appels d'offres. Et sous-traitent aux petites entreprises qui ont répondu à l'affaire. Après, les mecs, ils faut qu'ils fassent des économies... La qualité en pâtit".
Heureusement, des bureaux de contrôle passent par là. Certains font leur boulot rigoureusement, d'autres non...
Mais ces bureaux de contrôle, en cas de sinistre (style le toit de l'école se casse la gueule sur 270 marmailles), n'ont qu'une responsabilité très limitée...
Des grosses boîtes de BTP, à la Réunion, il y en a deux. Des sous-traitants, des centaines. Des employés au noir, des milliers. Et ce sont cesgrosses boîtes qui se sont gavés pendant des années avec l'argent public, le fric de la défisc, et le cul de la crémière, qui ont pleuré misère dans les rues, parce que les méchants pouvoirs publics ne leur donnaient pas assez de boulot.
"Un poteau béton, on demande un ferraillage, pour faire des économies, on prend des diamètres inférieurs", ajoute un contremaître, vétéran des chantiers de l'île. Au final on économise quelques milliers d'euros. Si le bâtiment tient, tout va bien. Si ça se casse la gueule, comme c'est arrivé à la Possession il y a quelques années, c'est l'expertise qui découvrira l'arnaque aux matériaux.
On ne reviendra pas sur ces artisans qui s'improvisent maçons, peintres, ferronniers, parce que le conseil régional a un grand chantier en tête. Et qui couinent quand la bise est venue. Bien sûr, derrière, il y a un gros gâchis. Des entreprises qui mettent la clef sous la porte. Des pères de famille au chômage. Mais, trop longtemps, la Réunion a été le paradis des bétonneurs amateurs. Quand le bâtiment ne va plus, rien ne va plus.

François GILLET

Lundi 13 Septembre 2010
françois gillet
Lu 859 fois



1.Posté par Garou le 14/09/2010 18:31
Tout ça c'est à cause des zoreils !

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers