Après la Vierge qui saigne, le Caillégate



 Après la Vierge qui saigne, le Caillégate
On a eu 10 jours de requin à la une des journaux, on est en pleine effervescence hémovirginale (ou oléovirginale, c'est selon...), l'île de la Réunion est sous la menace de nouvelles vagues de coupures d'électricité, le collège de l'Oasis, au Port, est victime de sa quatrième agression en 12 mois, chaque jour des petits-pères violeurs passent en correctionnelle -pas aux assises, c'est propre à la Réunion, il y a de quoi désepérer à la lecture de la presse locale, notamment du Jir, qui "vend" du lourd à la une...
On a l'info qu'on mérite. La Tunisie, la Libye, l'Egypte, c'est loin, Alliot-Marie ou Fillon qui se paient des balades en avion, ça ne vaut pas un bon petit fait-div de proximité bien créole, mais là, on tient notre Clearstream à nous, avec le Caillégate.
Dans le Quotidien et le Jir d'aujoud'hui, on apprend en effet que François Caillé est passé lundi sur M6, dans l'émission "Enquête exclusive", dont le thème était "Hors-piste, fêtes et alcool, les folies des stations de ski". Au passage, c'est un site réunionnais qui a dévoilé l'affaire. Au passage aussi, seul le Jir, rompant avec ses habitudes, a cité sa source (d'inspiration). Ceux qui ont pu voir l'émission ont découvert François Caillé himself, dans une galerie d'art, en train de s'intéresser à un statue de crocodile à 35 000 euros. Se présentant comme "un amateur d'art originaire de la Réunion", l'homme d'affaires passe quelques minutes à l'antenne, mais renoncera finalement à acheter l'oeuvre de l'artiste français Ricchard Orlinski, se vantant auprès du vendeur en posséder déjà deux, dont une "près de la piscine". Ca l'affiche bien pour le patron d'un groupe en grandes diffificultés : sous procédure de sauvegarde 2010. Sept entreprises ont été liquidées et plus de 150 salariés ont été licenciés suite à des difficultés financières, avec un passif de 230 millions d'euros... Passer à la télé dans ses conditions semble pour le moins maladroit quand plusieurs dizaines de salariés ont été licenciés, et que des dizaines d'autres emplois sont menacés... Mais François Caillé a réagi ce mercredi 2 mars au cours d'une conférence de presse, déclarant notamment : "Je vais à Courchevel depuis 20 ans, j'y suis reçu par un ami. C'est d'ailleurs cet ami qui voulait acheter la statue, pas moi. Ce n'était pas dans ses moyens, on ne l'a pas achetée. Mon boulot, c'est de redresser une boite et je le fais plutôt bien. Le reste, c'est ma vie privée" . Peut-être l'annonce se sa participation à une autre émission, "Vie privée, vie publique" ?

François GILLET

Mercredi 2 Mars 2011
François Gillet
Lu 1585 fois



1.Posté par sébastien pingeot le 03/03/2011 18:34

Farah, c'est caïman pire. Elle, c'est vit public, vit privé.

2.Posté par alain BLED le 03/03/2011 19:11
Un crocodile à 35.000 euros ? Il aurait peut-être souhaité acheter cette oeuvre pour symboliser les larmes qu'il a dû verser en licenciant ses employés !

3.Posté par Pierre Marc le 04/03/2011 17:09
A décharge du Quotidien et autre presse, tout le monde pouvait avoir vu l'émission mardi soir et était donc exonéré de citer le blog local.
Pour info, enfin, François Caillé a fermement démenti (c'est pourtant ce qu'on entend) en avoir "un près de la piscine". Un journaliste s'est fait traiter "d'abruti" par Caillé himself pour avoir extrait cette phrase du documentaire...

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers