2,5 milliards pour le tram

L'Etat dit niet à Vergès pour une rallonge sur le tram-train, mais, dans le même temps, lance un "appel à candidatures pour des projets des transports en commun" en site propre, avec à la clé, 2,5 milliards d'euros d'aides à projet. Etonnant, non ?



2,5 milliards pour le tram
On n'est bien sûr pas dupe. Le tram-train déborde, et commence vraiment à embêter Paul Vergès. Après la route des Tamarins, la Région a découvert que son second projet pharaonique était trop cher pour la collectivité, et représentait, en coût de fonctionnement seulement 80 millions d'euros de rab par an. Aussitôt, on fait appel à l'Etat, au titre d'une dotation ferroviaire dont bénéficient les régions qui entretiennent un reseau de trains locaux (les TER). Niet, répond Marie-Luce Penchard, notre estimée ministre des cocotiers, qui rappelle que la Réunion n'ayant pas (encore) de train, elle n'est pas éligible à cette manne.
Ca pue bien sûr la manoeuvre politique avant les régionales : l'UMP n'a pas (plus) envie de donner un coup de main au patriarche du PCR, et entend lui couper les vivres. De son côté, Paul Vergès, qui a mal calculé son coût et le prix du soutien de Sarkozy, reprenant une tactique qui a fait ses preuves, va faire campagne sur le thème du "méchant Etat français qui abandonne la Réunion". Mais il y a quelque chose d'étonnant dans cette bagarre, c'est que l'Etat, dans le cadre du Grenelle de l'environnement, cherche dans le même temps preneur pour 2,5 milliards d'euros d'ici à 2020 afin de développer des projets de transports en commun "propres" : métro, tram, bus, trolley...
Le gouvernement va en effet lancer l'an prochain un nouvel appel à candidatures des métropoles régionales pour des projets de transports en commun auxquels il apportera une aide financière. «Il concernera des projets de métro, tram, bus ou trolleybus à haut niveau de service, ou tout type de transport innovant», a indiqué à Nice le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, lors des 22èmes rencontres nationales du transport public qui se sont achevées vendredi dernier.
«Le montant du crédit que nous retiendrons […] sera vraisemblablement du même niveau que l'an dernier […] avec, a priori, les mêmes bases de financement», a-t-il ajouté. Un premier appel à projets, fin 2008, s'était traduit par 800 millions d'euros attribués à 50 projets présentés par 36 agglomérations.
Le gouvernement a prévu de consacrer 2,5 milliards d'euros au développement des transports en commun en site propre d'ici à 2020 dans le cadre du Grenelle de l'environnement. Bref, Paul Vergès et la Région Réunion pourraient demander leur part du gâteau. Et le gouvernement être en cohérence avec lui-même. Après tout, les quatre régions ultramarines sont les seules à ne pas avoir de réseau ferré. Même la Corse à son bout de chemin de fer...

François GILLET

Mercredi 2 Décembre 2009
françois gillet
Lu 1281 fois



1.Posté par anticipation le 10/12/2009 18:45
bjr,
un projet de transport en commun, de tram train par exemple est d'abord fait pour éviter les émissions polluante, de CO2 entre entre (Grenelle). Aujourd'hui avec les chiffres que nous offre la région sur le projet tram train, calculez vous-même, le tram train émettrait plus de CO2 que les saloperies de bagnoles auxquelles il substituerait. Puis 1,5 milliard pour "supprimer" un petit 4 % des km-voyageur. Petit adieu bouchon. Y'a un os dans le pâté du bos. Mais qui lui dira
?

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers