2,3 millions d'euros : l'Etat a payé la rotative du Jir



2,3 millions d'euros : l'Etat a payé la rotative du Jir
En France, la presse est soutenue par l'Etat, via un fond d'aide spécifique. Selon le site Owni, 25 millions d'euros ont été distribués pour la seule année 2008, à la presse régionale et nationale en France, pour des projets de modernisation. "Comme le soulignait en 2004 un rapport remis au Sénat, la France est un des pays européens qui finance le plus ses médias, et notamment sa presse papier. Parmi de nombreux autres fonds et organismes, le fonds d’aide à la modernisation de la presse (FDM), créé en 1998, a vocation à “soutenir des projets de développement et de recentrer les aides à la presse sur les publications d’information politique et générale”, note Owni.
Parmi les bénéficiaires de ces aides, notre bon vieux Journal de l'île de la Réunion, qui s'est fait payer sa toute nouvelle, toute belle rotative par l'Etat. Valeur du cadeau : 2 296 668 euros. Soit près de 10% de la somme globale allouée à la presse. On n'aura pas le mauvais esprit de dire qu'un tel cadeau entraîne des contreparties... En tout cas, ca a été une jolie manne pour le groupe Hersant, alors propriétaire du Jir, avant qu'il ne le vende à Abdoul Cadjee. Pour une somme rondelette (on évoque une transaction de 8 millions d'euros). Le Quotidien n'est pas cité dans le rapport publié par Owni. Mais le journal de Maximin Chane-Ki-Chune a aussi bénéficié d'aides somptuaires de l'Etat. Notamment via des opérations de défiscalisation. Tout ça est très légal. Très lucratif aussi, pour les patrons de journaux. Un peu moins pour les employés.

François GILLET

Jeudi 12 Août 2010
françois gillet
Lu 1759 fois



1.Posté par toutankouleur le 12/08/2010 14:33

Vous oubliez, cher François, le meilleur défiscalisateur des années 90. Il avait même osé une publicité qui disait: ne payez pas d'impôts, achetez un appartement. Quelle intelligence, quel civisme! Nous qui croyions aux solidarités républicaines et aux valeurs patrimoniale du logement. On nous disait sans détours sur des panneaux géants 4 par 3, et nul évêque, nul moraliste ne s'en offusquait : achetez, achetez de la merde, mais achetez dans le seul but de ne pas payer d'impôts. Le monsieur s'appelait et s'appelle toujours Armand Apavou. Lui aussi eut sont journal, le premier même à montrer la vie en couleurs... et à embaucher (en exagérant à peine) des "journalistes" à la sortie du collège pour les payer moins cher (l'autre "défiscalisation" patronale dans l'air du temps) . Le "Réunionnais" naquit avant de disparaître bien vite, ne manquant à personne. Et laissant, dans les sous-sols de Futura, à Saint-Denis, une rotative ultra moderne elle-aussi obtenue pour une bouchée de pain par le groupe Apavou... et vouée à rouiller de mort lente. Bien sûr, le "Réunionnais", dans sa tombe, ne put raconter l'histoire. Et puis les journaux et leurs patrons sont souvent avares de leurs propres turpitudes. Après tout, doivent-ils plaider en eux-mêmes, ils ne prennent que ce qu'on leur donne. Et tant pis pour l'éthique et les grands principes d'indépendance et d'insolence de leurs rédactions. Les rédactions? Les salaires sont ce qu'ils sont, braves gens, on voudrait bien donner plus, mais l'Etat ne nous aide pas, pauvres de nous...

2.Posté par marceline le 12/08/2010 14:53

Dès lors que les journalistes français ne trouvent rien à redire, sur le principe même, et cautionnent des Etats Généraux de la presse organisés par l'Elysée... plus rien ne devrait nous étonner.

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont modérés a priori par l'équipage.

L'Edito | Actus Réunion | Zembrocal | Moucatage péi | Dann Péi Déor | Le Vieux Papangue | L'Equipage | Vieux papiers